George Washington Papers

To George Washington from Carl Andreas Kierrulf, 10 December 1793

From Carl Andreas Kierrulf

Philadelphie ce 10 Dec. 1793

Monsieur le Président
Votre Excellence

Pour m’annoncer digne de Votre faveur, j’ai crû le meilleur moÿen d’être de Vous donner le Tableau d’un Caracter dans les suivants Papiers, qui font voir mon Portrait, et mes ésperances de profiter de votre faveur.1

Un autre que moi, Vous fera plus des compliments: moi au contraire je Vous éstime au point de croire, que des mots vuides du sens ne conviennet pas à un Caracter si Grand, comme le Votre—Les faits, et la vérité toute nue, voila ce qui convient d’etre éntendû du premier homme de notre siêcle—Une réputation si bien établie est au dessus de mes éloges, et n’en a pas besoin; et en Vous donnant justice, je ne fait que répeter les éxpressions des interressé des hommes à l’Estime universelle, qui se sont donné les premiers places dans la République des lettres—Je sais tout ce que l⟨’⟩Amérique, que tout le monde enfin, réspirant le Civisme, Vous doit: j’en suis charmé, et souhaite tous les succés en accord avec vos sentiments connûs, et vos vuês Patriotiques? Je récommande la contenûe de mon réquête dans Votre souvenir, et Vous demande comme juge de ma conduite et de mes pensées, étant avec le plus profond estime et dévouement Monsieur le Président de votre Excellence Le plus soumis serviteur

Charles André Kierrulf

ALS, DNA: RG 59, Miscellaneous Letters.

In a second letter to GW, undated but docketed in part “Decr 1793,” Kierrulf described himself as a pensioner of Russian empress Catherine the Great, “suedois de nation, Republicain par principes, et Patriot par instinct,” and asked for a meeting with GW (ALS, DNA: RG 59, Miscellaneous Letters). During the years 1789 to 1793, Carl Andreas Kierrulf (b. 1755) had authored several tracts opposing Gustav III of Sweden. Earlier in the year he had been arrested, and his arrival in America was in consequence of his expulsion from Sweden. In 1796 Kierrulf advertised in New York City that, having been a minister in his native country, he intended to publish “a Sermon in the English, French, and German Languages, of the True Doctrine of Jesus Christ our Redeemer.” During the years 1795–96, Kierrulf spent time on the island of Saint Bartholomew, but otherwise he remained in the United States until late 1799, when the Swedish consul passed on reports that the “rascal” Kierrulf had departed for Sweden. Kierrulf’s request to be repatriated was, however, rejected, and in 1803 he was in Russia (Argus. Greenleaf’s New Daily Advertiser [New York], 17 Aug. 1796; Nils William Olsson, “Extracts from Early Swedish Consular Reports from the United States,” American Swedish Historical Foundation Yearbook [1967], 35; Erik Wikén, “Prästmannen Carl Andreas Kierrulf,” Personhistorisk Tidskrift, 83 [1987], 105–7; “Kjerrulf,” Svenskt Biografiskt Lexikon, 32 vols. to date [Stockholm, Sweden, 1918—], 21:235).

1The enclosed papers included a petition addressed to GW and Congress in which Kierrulf characterized himself as “Un Martir enfin de la Liberté,” gave an extended account of his sufferings at the hands of kings and aristocrats in Sweden and elsewhere in Europe, and concluded by asking to be supported as a professor of moral philosophy: “Voila l’ab[r]egé de ma vie; car ma plus grande faute étoit de n’avoir pas voulû lire une Priere scandaleuse et prophane pour la Guerre la plus injuste da[n]s mes Eglises 1788 et 89 Mr Le President et Mr Membres de L’Assemblée Nationale. Quelle moyen donc de douter de Votre assistence? Ouvrer moi seulement une Carrière d’etrê utile et je payera mon séjour. Je sois Maitre ou Docteur en Philosophie depuis 1775 J’ai frequenté des Academies 10 années de suite. J’ai composé des dissertations Theologiques et Moraux—J’ai fait mes Etades dans la Philosophie et la Politique, et cela selon les enseignements des premiers dans la Republique de Lettres, Helvere, Montesquieu, et l’Esprit des Anciens et Modernes Autheurs, ont pris l’ascendant sur mon Esprit; et je me sois formé après ces hommes aux lumières des qui Votre Grand Philosophe Franklin, a scû se faire un Guide et un Ange Tutelaire de cette Hemisphœre Libre. Je sçais Allemande, et ayant été engage dans les Offices Publiques en Resteur et Curé; je pourrois aussi y etrê employe. Encore, versé dans la Science la plus interressante, et d’une necessité absolue pour former des Citoyens, je m’offre pour enseigner publiquement en Latins et en Allemande La Philosophie Pratique ou la Morale d’une façon à etrê mis en ouvre comme raisonable, celeste, ravissante et d’une utilité réciproque dans la Societé. Je sçais qu’un Proffeseur de la Morale manque ici, je n’en sois point surpris; mais bien qu’on ne se donne pas la peine d’employer les hommes capables à former les hommes après les premiers modeles et selon leur destination pour dévenir bons et virteux Citoyens, et pas une bonté intrinseque de l’Ame dévenir propres pour la jouissance d’une autre vie, pour la quelle ils sont ici. Les Reflexions ici viennent en foule—mais pour finir, je m’addresse au Congress d’un Peuple Libre, aussi activ pour encourager les hommes sçavants qui viennent ici, que les Egoistes, les Aristocrates, les hommes passions et L’Esprit Traitre Mercantile se fait un plaisir de les impecher à s’établir, de les noircir, et de les abandonner à leur sort; insouciants du bien etrê de la Republique” (SwSR: Americana, vol. 1).

On 20 Dec. 1793 Secretary of State Thomas Jefferson wrote Kierrulf informing him that GW had “referred to me the letter you wrote him inclosing a paper addressed to Congress” and advising that he should direct his application to a member of Congress, as “the mode of conveying this paper to Congress . . . cannot be through the President” (Jefferson Papers description begins Julian P. Boyd et al., eds. The Papers of Thomas Jefferson. 40 vols. to date. Princeton, N.J., 1950—. description ends , 27:595–96). Kierrulf had submitted the petition by 20 Feb. 1794, when the Swedish consul made a copy, but it did not come up in the House of Representatives until 7 April 1794, when it was tabled (Journal of the House description begins The Journal of the House of Representatives: George Washington Administration 1789–1797. Edited by Martin P. Claussen. 9 vols. Wilmington, Del., 1977. description ends , 6:242).

Index Entries