Thomas Jefferson Papers

To Thomas Jefferson from La Blancherie, 3 November 1787

From La Blancherie

Paris ce 3. 9bre 1787.

Monsieur

Sur l’avis que Votre Excellence a eu la bonté de me faire donner de la demande de M. Adams, je viens d’examiner ce qu’il doit à l’Etablissement de la Correspondance. En 1782, Son Excellence prit l’engagement d’associé de la premiere Classe dont la contribution est de 96livre tournois par an, et elle fit le payement d’une année qui expira en 1783. Quelques parties de l’Etablissement ayant été suspendues en 1784, cette année est regardée comme non avenue. Il reste donc à acquitter les années, 1785, 1786, et 1787. Je me suis presenté à sa porte, pendant un court sejour que je viens de faire á Londres; mais il étoit à la Campagne. J’espere être plus heureux, cet hiver.

J’aurois bien de l’obligation à Votre Excellence, si elle avoit la bonté de m’accorder une audience pour [lui] faire ma Cour et lui rendre compte d’un établissement qui a pour but de lier les hommes de toutes les nations par la réciprocité des bons offices et qui s’honnore de l’approbation et de la protection de son Illustre Prédecesseur.

Je Suis avec Respect, Monsieur, Votre très humble et très obeissant serviteur,

La Blancherie
Agent général de Correspondance
pour les Sciences et les Arts

RC (DLC); endorsed. Recorded in SJL as received 4 Nov. 1787.

La Blancherie (1752–1811) operated his “Agence générale de Correspondance pour les Sciences et les Arts” from 1778 to 1788. His establishment had the aim of becoming a center of relations among learned men of all nations but which, as his experience with Adams that formed the subject of the present letter indicated, soon became a commercial enterprise.

Index Entries