James Madison Papers

To James Madison from Claude Alexandre Ruelle, 5 November 1815

Paris, 5 9bre. 1815

Monsieur,

Puis que la Bibliothèque du Congrès, où M. Jefferson avait déposé le Manuscrit d’une Constitution de ma composition, a été détruite, j’ai l’honneur de vous en envoïer six exemplaires imprimés, en vous priant de vouloir bien en faire, mettre trois au même dépot, et d’agréer l’hommage des trois autres.

J’ai lû, Monsieur, dans un Message que vous adressâtes au Congrès, le 4 9bre. 1812, que les gouverneurs de Massachuset et de Connecticut avaient refusé de fournir les détachemens de Milices qui leur avaient été demandés pour la defense de vos frontieres maritimes; mais je ne vois pas encore que ce premier exemple des inconvéniens sans nombre du Systéme fédératif ait assés généralement éclairé vos Compatriotes pour y renonçer.

J’en souffre réellement beaucoup, car le genre humain est grandement intéressé à ce que votre République se perpétue, et elle ne saurait y parvenir sans l’unité et l’indivisibilité dont ma Constitution donne le Modèle.

En attendant qu’elle sorte du ténèbres du fédéralisme; je désirerais, du moins, que ma Constitution fût traduite et imprimée en Espagnol pour être envoïée au Mexique et autres Colonies de cette Nation; même qu’elle fût réimprimée en francais pour être également envoïée à Saint-Domingue; comme étant absolument décisive pour arrêter les torrens de sang qui se répandent dans ces Contrées, et couronner tout à coup leurs révolutions.

Certes, on ne saurait jamais faire un plus grand acte d’humanité, mais ce serait en même tems la spéculation la plus lucrative possible pour des Libraires de votre Pays.

Au reste, Monsieur, je soumets ces vües au Plan que vous vous êtes sans doute formé sur des événemens qui intéressent si fort les Etats Unis, puis qu’il⟨s⟩ fournissent evidemment l’occasion d’expulse⟨r⟩ successivement la Roïauté de toutes les parties de l’amériqùe. Agréés &ca

ViW: Tucker-Coleman Papers.

Index Entries