Thomas Jefferson Papers

To Thomas Jefferson from Pierre Chouteau, 7 November 1804

St. Louis le 7me. novbre. 1804

Monsieur,

Par la derniere que J’ai eu l’honneur de vous écrire le 12.—du mois dernier, Je vous ai marqué mon arrivée avec les ozages: depuis ce temp Je les ai fait partir ils sont maintenant on chemin pour se rendre a leur village après un long et constamment heureux voyage. Je me disposois moi même a aller les accompagner, mais l’Arrivée de monsr. le Gouverneur harrison avec le quel Je me suis entendu pour reclamer les Sakias qui se sont Rendus coupables de meurtre il y a quelques temps et dont nous avons un coupable, m a retenu et m a empeché de continuer mon dessein; maintenant la saison étant trop avancée pour remplir ma mission, Je fait partir l’interprete pour Rassembler la nation pour les premiers Jours du printems vu que dans ce moment elle est dispersée pour les Chasses d’automne. On ne sauroit être plus satisfait que ne le sont les Ozages du succès de leur voyages dans les Etats Unis; une seule Chose a peiné les Cheveux Blancs il a été on ne peut plus surpris d’apprendre a notre arrivée, qu’il étoit passé beaucoup de traiteurs par la Riviere des Arkansas pour aller au village de la Grand Piste, (qui est ce chef revolté), d’après la promesse que vous lui aviez faites il s’atendoit que ce village auroit été absolument privé de marchandise etant le moyen le plus sure de Ramener ce Chef Revolté a l’obeissance il m a particulierement Chargé de vous l’Ecrire. Permettez moi Monsieur, d’avoir lhonneur de vous observer que Je crois que la privation de marchandises seroit le moyen le plus prompt et en même temp le plus sure de Reunir cette partie de la nation a la masse Totale, et que l’on Reussiroit bien plus vite a remplir ce but, de cette manniere, que par tout autre. Je suis trop bien convaincu d’ailleurs de vos hautes lumieres pour être persuadé que vous ne ferez que ce qui sera Juste et prudent a cet egard.

Mon frere vous remettra cette lettre, il a été Choisi par les habitants de ce District pour faire pour eux quelques demandes au congrès, oserai-je, Monsieur, vous demander votre protection pour lui; les bontés dont vous m’avez comblé; votre affabilité enfin toutes les qualités Reunies en vous, me sont garant que vous ne me Refuserez pas cette faveur. l impossibilité ou je suis par mes expression de vous Temoigner toute ma reconnoissance me fait me borner a vous assurer qu’elle est pour toujours Gravée dans mon Cœur, daignez me Conserver votre estime et votre Protection Je suis avec avec un profond Respect Monsieur Votre très heumble et très obeissant serviteur

Pre. Chouteau

DLC: Papers of Thomas Jefferson.

Index Entries