Adams Papers

To John Adams from Antoine Marie Cerisier, 3 November 1787

De Paris ce 3 novembre 1787

Monsieur

Dans le tems où le Parti Républicain alloit triompher où son succès alloit être affermi sur la base la plus inébranlable, celle d’une influence populaire sagement tempérée, où enfin la doctrine Américaine des Adams, des Payne, des Price, des Priestley alloit avoir des temples & des Autels sur le Continent Européen, l’invasion violente & perfide de la prusse a tout renversé. Vous savez la part que j’avois à cette belle, juste & grande entreprise. J’ai cru devoir me retirer, & je suis actuellement occupé à chercher, à travers les périls et les obstacles sans cesse renaissons des Restaurateurs & des vengeurs de la cause de la liberté: Non malgré le revers qu’elle vient d’essuyer, malgré la lâche & absurde politique de ceux que le destin avoit choisis pour la garantir d’un tel attentat en Hollande, je ne renoncerois jamais à l’espoir de la voir triompher encore. Je regrette infiniment que votre Mission vous tienne attaché à un autre sol: Vous pourriez, dans la circonstance présente me donner des conseils interessans & appuyer en même tems une cause, qui n’est peut etre pas etrangere a l’existence indépendante & prospère de l’Amérique unie. Car les Anglois enflés d’un succès qui répare une partie si considérable de leurs maux dans la derniere guerre, pourroient porter leurs vues plus loin. Sans doute ils n’ouvriront pas tout d’un coup le plan de ramener l’Amérique sous le joug. Mais leur avantage actuel peut exciter le courage des Partisans qu’ils ont dans tant d’endroits & y exciter des mouvemens périlleux; En tout cas il n’est pas dans les interets des Etats-unis que l’Angleterre augmente sa force et que la puissance des Francois sur Mer & dans les Indes soit exposés à être ruinée. Vous voyez par l’exemple de Mr Dumas & de Mr von Berkel également exposés à un rappel odieux quel systême domine actuellement dans la Republique, si toutefois on peut donner ce nom à un Pays ou la force militaire étrangere a tout subjugueé & dirige tout.

Etant actuellement occupé de ces grands interets etant même autorisé à men occuper par des Commissions <[. . .]> Speciales qui m’ont été déférées par diverses portions du parti patriotique, je serois flatté de me concerter avec Votre Excellence ou du moins avec le Ministre des Etats-Unis qui se trouve à Paris. Vous m’obligeriez infiniment de me faire passer une Lettre de recommendation aupres de lui.

En attendant si vous voyez des Anglois qui s’interessent à la liberté, voulez vous bien leur recommander notre cause? Il ne seroit pas inutile que dans les débats Parlementaires, le Parti de l’opposition fit envisager cette incursion [Tardive] en Hollande, payée par l’Angleterre, comme une mesure anti <[. . .]> populaire & propre seulement à fonder l’autorité du Roi & à preparer des Fers à la Nation.

J’ai l’honneur d’etre avec le plus profond respect / Monsieur / votre très humble & / très obéissant serviteur

A. M. Cerisier

J’ai vu Mrs les Abbés Chalut & Arnoud: Ils sont à peu près de mon Pays; ils connoissent une partie de mes Parens: Cette nouvelle circonstance jointe à l’idée avantageuse que vous leur aviéz donnée de moi, m’a procuré l’accueil le plus gracieux: Ils seroient bien flattés d’avoir de vos Nouvelles, & moi que vous voulassiez encore me faire valoir auprès d’eux: Leur estime peut m’être d’une grande utilité, surtout dans la circonstance présente où la conquête a renversé toute ma fortune & mes espérances.

MHi: Adams Papers.

Index Entries