Adams Papers

To John Adams from Charles William Frederic Dumas, 9 October 1787

La haie 9 Oct 1787.

M.

En réponse à l’honée. repe. du 1er. de ce mois <[. . .]> J’ai reçu & fait parvenir les Lres. que V.E. a eu la bonté d’ecrire au Présdt. & à Mr. Fagel, <[. . .]> à ma priere; Je n’en ai pas <[. . .]> de réponse encore, non plus qu’à 2 notes <[. . .]> qui ont précédé de ma part, à Mr. Fagel, & dont voici copie. Je suppose néanmoins que le tout a fait <[. . .]> l’effet d’avoir été épargné jusqu’ici, au milieu des <[. . .]> excès qui continuent encore impunément. Malgré les placards & ordonnances en apparence les plus severes & [réiterees] du Legislatif & Executif, on laisse à la meute faire ce qu’elle veut, <[. . .]> Aussi 2 maisons ont été lapidées cette nuit à côté de moi. au moins 40 l’ont été depuis 2 jours seulement. Mon tour peut encore venir.—Ma pauvre feme malade & tous deux continuellement dans les plus vives transes au milieu <cette meute> de la Licence. <[. . .]>—<[. . .]> Jugez Monsieur de notre affreux état.—Nous n’avons pu rester à l’hôtel de Fce., & somes depuis <le 5> Samedi 5 de retour chez nous. L’accomodement d’Amstm n’est pas fini encore. J’attends réponse <encore d’Amst> de là aux Lettres que je leur ai écrites sur l’hôtel leur envoyant [. . .] Lettre de V.E. [. . .] eux & en conséqce. de celles <du 5> de V.E. du 5 & du 10 7bre. dont j’ai accusé implicitemt. la reception en <[. . .]> accusant la date du 21 sous laquelle Mr. Smith me les a acheminées.—Nous ne ferons absolument d’abord si Dieu nous laisse exister que le plus necessaire, & avec la plus grande économie, pour rendre <la maison> l’hôtel tenable <[. . .]> & <[. . .]> sûr. Agreez avec Madame &c les respects de <[. . .]> vrais martyrs.—<De Votre> De v. E. le très-humble & très-ob. s.

NL-HaNa.

Index Entries