Thomas Jefferson Papers
Documents filtered by: Author="Dumas, Charles William Frederick" AND Recipient="Jefferson, Thomas"
sorted by: editorial placement

To Thomas Jefferson from C. W. F. Dumas, 3 November 1786

From C. W. F. Dumas

La haie 3e. Nov. 1786

Monsieur

Vos précieuses Notes sont actuellement entre les mains d’un Lecteur qui sait vraiment lire, qui me remercie toutes les fois que nous nous voyons de l’avoir ragouté par ce morceau, parce qu’il ne paroissoit depuis longtemps que de la crême fouettée. Il me fait des excuses de ce qu’il lit lentement, parce que cette Lecture mérite de n’être pas faite en courant: Que maintes lignes y ont couté autant d’années de travail et de recherches, et qu’il lui faut autant de jours pour les savourer.

Permettez que je présente à Mr. le Ms. de la Fayette les assurances de mon respect. Je suis avec tout celui qui vous est si justement dû, De Votre Excellence, le très-humble et très obeissant serviteur,

C W F Dumas

RC (DLC). FC (Rijksarchief, The Hague, Dumas Papers; photostats in DLC). Noted in SJL as received 8 Nov. 1786.

Although no enclosure is mentioned in this letter, it is probable that Dumas transmitted with it his letter to Jay of 4 Nov. 1786 (FC, same), giving further news of political developments in Holland and urging relief for himself in respect to arrearages due from Congress. Dumas may also have written TJ on 7 Nov. 1786, for on that date he wrote Lafayette: “J’envoie aujourd’hui à Mr. Jefferson une Lettre … qui contient une Piece très-remarquable: c’est le Contre-Protest de la Majorité des Villes de Hollande opposé au Protest du Corps des Nobles. Cette Piece pourroit parôitre longue et tédieuse à certain vulgaire qui voudroit que tout fût Epigramme et Vaudeville. Mais il n’en est pas ainsi de vous, M. le Marquis, de Mr. Jefferson et du Congrès, près desquels la matiere me rassure, sur la forme et sur la peine que j’ai prise de la rendre fidelement.—Je serai bien aise, Mr. le Marquis, que vous voyiez aussi ma Lettre qui y est jointe à Mr. Jay. Vous jugerez avec Mr. Jefferson que l’insouciance continue de me faire mourir à petit feu, en me faisant mâcher à vide pour environ 30 m. Liv. t. d’arrerages qui me sont dus independamment des interets et que je ne puis toucher faute d’un ordre de la trésorerie, sur quoi au moins je croyois pouvoir compter, puisque c’est la volonté du Congrès, et que les Banquiers ici ne demanderaient pas mieux que de satisfaire à un tel ordre” (FC, same).

Index Entries