You
have
selected

  • Author

    • Noailles, Vicomte de
  • Recipient

    • Hamilton, Alexander

Period

Dates From

Dates To

Search help
Documents filtered by: Author="Noailles, Vicomte de" AND Recipient="Hamilton, Alexander"
Results 1-5 of 5 sorted by date (ascending)
  • |<
  • <<
  • <
  • Page 1
  • >
  • >>
  • >|
je Suis certain mon cher colonel de vous faire plaisir en vous aprenant que votre ami Laurence est arrivé a paris en bonne Santé après une traversée favorable. au depart de la frégate la concorde arrivée a boston avec Mr. de Barras amiral qui vient prendre le commandement de notre flote et Mr. le vicomte de Rochambeau. Mr. Laurence avoit dejà eu plusieurs conferences avec nos ministres; il...
[ Boston, December 10–25 , 1781. In a letter written in April, May, or June, 1782, Hamilton wrote De Noailles of his pleasure “at receiving, after an inexplicable delay, the letter you were so obliging as to write me before your departure from Boston.” Letter not found. ] Louis Marie, Vicomte de Noailles, arrived in Boston on December 10, 1781, and sailed with Lafayette and other French...
J’espere que l’air frais et pur des provinces de l’est, la joie que vos amis auront eu de vous voir echapé aux dangers que vous aves corru et le plaisir que vous aures eu à les retrouver vous auront entierement retabli. Notre malheureuse ville est toujours dans la même situation. L’épidemie fait des ravages affreux, l’entêtement des medecins rend leur experience totalement inutile. Le...
J’ai reçu la lettre dont vous m’avés honore le 5. de ce mois par laquelle vous me damandés si la velocité de la marche dans la tactique françoise n’augmente pas la longueur du pas. Dans les instructions provisoires de 1776. 1778 –1786. de l’infanterie les officiers differoient sur la velocité de la marche dans certaines circonstances. Mais la longueur du pas à toujours été fixée à 2. pieds...
l’étendu du pas pour l’infanterie francoise a été fixée à deux pieds (2 pieds 2 pouces anglois) comme celle que l’homme d’une taille moyenne peut parcourir avec le plus de facilité dans tout espece de terrain. si l’on traverse une terre labourée ou un terrain ou il se rencontre des inégalités l’on ne peut sans une extreme fatigue couvrir un plus grand espace, en outre le pas plus long...