You
have
selected

  • Author

    • Brillon de Jouy, Anne-Louise …
  • Recipient

    • Franklin, Benjamin

Period

Dates From

Dates To

Search help
Documents filtered by: Author="Brillon de Jouy, Anne-Louise Boivin d’Hardancourt" AND Recipient="Franklin, Benjamin"
Results 1-10 of 90 sorted by recipient
  • |<
  • <<
  • <
  • Page 1
  • >
  • >>
  • >|
(I) AL : American Philosophical Society; (II) AL : American Philosophical Society; (III) AL : American Philosophical Society; (IV) AL (draft) and autograph copy or press copy: American Philosophical Society; (V) ALS : American Philosophical Society; (VI) ALS : American Philosophical Society As is often the case with the Doctor’s much-admired neighbor in Passy, chronology hangs on tenuous...
ALS : American Philosophical Society Madame Brillon fait dire a son aimable papa que le jour est pris pour allér au sallon et déjeunér chés monsieur Vérnet jeudi; mércredi on prendra l’heure et les arrangemens. Madame Brillon prie le bon papa de venir a 6 heures précises prendre le thé mércredi parceque monsieur Wattellét et madame le comte viénnent ce jour la disnér avéc elle. Si le papa...
AL : American Philosophical Society J’envoye sçavoir de vos nouvélles mon bon papa; lès miénnes sont meilleures mais je suis encore loin du but: je comptois vous envoyér mes nottes; des amis ont pris le tems que je vous résérvois en venant causér avéc moi; ils ne m’ont point empêchés de pensér a vous et de vous aimér, nulle puissance n’en viendroit a bout! Mais je n’ai pû vous écrire: adieu...
AL : American Philosophical Society Je vous assure mon bon papa que je méttrai toute mon attention a ne pas trop donnér pour les siffléts; s’ils n’ont guérre couttés a ma bourse, ils ont couttés chérs a mon coeur et votre léttre me prouve bien plus encore que mon éxpérience et mes refléctions, que j’ai souvent payés bien chérs de mauvais sifléts: j’ai cru par éxemple que lorsque j’aimois on...
AL : American Philosophical Society Je suis dans un beau pays, je suis avéc un bonne maman qui m’aime tendrement, que j’aime de mesme; on me feste, on me soigne, on me chérit, on me gaste; éh bien mon bon papa mon Coeur n’est pas Content, il pense que demain ce sera mércredi, et qu’ensuitte arriverons succéssivement deux samedi et un autre mércredi qu’il faudra passer sans vous voir, point de...
(I) AL : American Philosophical Society; (II) AL and copy: American Philosophical Society Once again Madame Brillon’s failure to date her letters compels us to offer a hypothetical cluster. The following exchange, along with her letters published under December 15 and 20, form a group linked by its common theme: a fantasy of paradise to come. The only solid clue to a date is her allusion here...
AL : American Philosophical Society J’ignore les usages d’un autre monde mon cher papa; mais je sçais que dans notre civile europe, on ne se rend léttres et portraits que lorsque l’on veut rompre ensemble: un homme de votre connoissance, un homme que vous ne pouvés vous empêcher d’aimér; hier au soir á jetté par térre et foulée aux piéds une léttre d’une fémme; un jeune homme la ramassée et...
ALS : American Philosophical Society This letter, which we publish as the first of the many exchanged between Mme. Brillon and Franklin, is the place to discuss the correspondence as a whole. It is important as the record of one of the two deep emotional involvements of Franklin’s old age, and the one that opened contact for him with the artistic world of Paris. It is massive: one hundred and...
AL : American Philosophical Society Il y auroit bien quelques petites choses a redire a votre logique que vous assurés si bonne mon chér papa— Quand j’étois jeune homme distes vous, et que je jouissois plus des faveurs du séxe qu’a présent, je n’avois point de goutte: Donc , on pourroit répondre a cela—quand je me suis jetté par la fenéstre je ne me suis pas cassé la jambe: Donc; vous pouriés...
AL : American Philosophical Society La dame a mille choses à répondre au monsieur, mais elle craint malgré la bonté de sa cause, qu’il ne garde sa prévention contre elle, leur oppinion étant absolument contraire; le monsieur, (grand phillosophe) suit la doctrine d’Anacréon et celle d’épicure; la dame est platoniciénne: l’un veut un amour gras, pottellé, un amour de chair et d’os; gasté choyé...