Benjamin Franklin Papers
Documents filtered by: Author="Brillon de Jouy, Anne-Louise Boivin d’Hardancourt" AND Recipient="Franklin, Benjamin"
sorted by: author

To Benjamin Franklin from Anne-Louise Boivin d’Hardancourt Brillon de Jouy, 12 November 1781

From Anne-Louise Boivin d’Hardancourt Brillon de Jouy

AL: American Philosophical Society

ce 12 novembre [1781] a nice6

J’ai reçu a la fois trois lettres de mon grand voisin,7 dire qu’elles m’ont fait le plus grand plaisir est chose inutille a mon aimable papa qui connoist mon coeur comme s’il l’eut créé a son image et ressemblance, mais ce plaisir a été combattu par la peine que j’ai ressentie, en lisant que vous aviés été tous deux inquiéts sur mon compte;8 je suis restée a marseille cinq a six jours de plus que nous ne l’avions projetté d’abord, ensuitte toulon, fréjus, antibes, puis nice; par des chemins fatiguants ne m’ont laissés de libres que les moments de repos ou j’ai pensé, resvé a mes amis, mais ou il m’a été impossible de leur écrire; actuéllement que me voila casé, je serai exacte tous les huit jours a leur repétter que je les aime, que je les regrétte, que la distance des lieux, la diversité des objets, rien ne peut me distraire du souvenir que mon áme leur garde, rien ne peut me tenir lieu de ceux que mon coeur a choisi: ce qui me consolle un peu de mon absence c’est que ma santé se fortifie, et que je commence a croire que mon médecin et mon ami lorry9 a vu juste en m’envoyant acquérir des forces dans un climat doux et sain, il y a peu d’exemple que les françois surtout n’ayent éprouvés un bien marqué pour les maladies de nérfs dans le petit pays que j’habitte, sa position en fait une sérre chaude naturélle, c’est un joli vallon situé au bord de la mér au midi, et déffendu des vents de nords par une double, et souvent par une triple chaisne de montagnes. Les attentions et les soins multipliés du bon Brillon ne contribuent pas peu a rétablir ma foible machine dont la déllicatéesse et la sensibillité moralle l’emporte encore sur la succéptibillité phisique; enfin mon bon ami j’éspére vous rejoindre si ce n’est avéc de la forçe, au moins avec peu de souffrançes; que j’aurai de plaisir a vous revoir, a vous embrassér, a vous retrouvér, que le premiér jour ou nous prendrons le thé ensemble aura de poix pour mon coeur; en attendant ecrivés moi le plus souvent possible, ce que vous appellés votre mauvais françois me fait le plus grand plaisir; óh mon bon papa, mon éstimable ami, si j’étois aussi vaniteuse que sensible, je vous aimerois par amour propre, il n’est pas un point sur la térre ou ce ne soit un méritte d’éstre l’amie du docteur franklin, partout on vous réspécte on vous chérit on vous aime, et partout j’ai joui du bonheur d’entendre louér et appréciér celui auquél mon coeur tient par des liens indissolubles:/: Adieu mon ami chargés vous je vous prie d’envoyér a ma bonne voisine la petite léttre cy jointe; rappellés moi au souvenir de mon aimable et redoutable rivalle mde helvétius, de tous ses abbés,1 de mr le comte d’éstaing, distes a ce dernier que sa modéstie est surement loin d’imaginér a qu’él point il est éstimé et aimé dans nos ports de mér, tous les mattellots seroient présts a sérvir pour rien sous ses ordres, et toutes les jolies fémmes y paroissent disposées a lui refusér peu de choses: mille et mille amitiés au petit fils pour moi et les miens qui vous presentent aussi leur hommage.

Addressed: A Monsieur / Monsieur Franklin ambassadeur / des états unis de l’amérique / A Passy prés paris / [In M. Brillon’s hand:] contresigné

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]

6Part of Savoy since 1388, Nice was not attached to France until 1860.

7Le Veillard.

8Mme Brillon had last written on Oct. 20, from Marseilles: XXXV, 614–15.

9Anne-Charles Lorry (1726–1783) was a docteur-régent at the Faculté de médecine, vice-president of the Société royale de médecine, and first physician to the prince de Condé. The best-known of his many writings on medicine and natural philosophy were Essai sur les aliments, pour servir de commentaire aux livres diétiques d’Hippocrate (2 vols., Paris, 1754) and De melancholia et morbis melancholicis (2 vols., Paris, 1765). Bachaumont’s continuator characterized him at this time as “cet esculape moderne le plus à la mode parmi les femmes & les beaux esprits”: Mémoires secrets, XX, 118; Almanach royal for 1781, pp. 470, 514; Larousse; Quérard, France littéraire.

1André Morellet and Martin Lefebvre de La Roche.

Index Entries