You
have
selected

  • Author

    • Du Pont de Nemours, Pierre …
  • Period

    • Madison Presidency

Recipient

Sort: Frequency / Alphabetical

Show: Top 2

Dates From

Dates To

Search help
Documents filtered by: Author="Du Pont de Nemours, Pierre Samuel" AND Period="Madison Presidency"
Results 1-30 of 43 sorted by date (ascending)
  • |<
  • <<
  • <
  • Page 1
  • >
  • >>
  • >|
J’apprends que M r Coles , dont je croyais le départ retardé pour longtems encore, montera en voiture dans une heure. Je n’ai donc qu’un moment pour vous exprimer toute ma reconnaissance de la Lettre qu’il m’a remise de votre part. Quoique je sois convaincu que M r Madison , votre Ami et votre Elève, gouvernera dans les mêmes Principes que vous, je ne puis m’empêcher de regretter que vous...
Je crois devoir féliciter les Etats-Unis, et Votre Excellence, de ce que c’est vous qui Succedez à votre illustre Ami Mr Jefferson. J’ai pour votre Patrie un attachement qui a précédé son existence. Je compte y finis mes jours. Mes Fils y sont Citoyens. L’un d’eux y a introduit une branche importante d’industrie, et l’y a portée au plus haut point de perfection. C’est la Manufacture de...
J’ai reçu avec une vive reconnaissance la lettre dont Votre Excellence m’a honoré le 3 décembre dernier, les marques de bienveillance qu’Elle me donne, et Surtout celle de permettre que je profite d’un des Vaisseaux des Etats Unis que Vous envoyez dans nos Ports pour effectuer mon retour en Amérique quand j’en aurai la possibilité. Vous rendez justice à mon attachement pour votre Sage nation,...
J’ai reçu vos deux lettres du 16 may et du 28 juin , la premiere longtems après la derniere qui pourtant êtait venue tard. Quant à cette premiere je me suis empressé d’y faire honneur en procurant à M r Paterson l’entrée aux Séances de la premiere classe de l’Institut , en le mettant en rapport avec quelques uns de nos Savans les plus distingués, et en l’engageant à se trouver chez moi en...
J’ai cru vous devoir, et aussi à votre Pays, des Rèflexions et des Observations assez étendues Sur le parti que prennent votre Gouvernement et vos Concitoyens d’élever, S’ils le peuvent, assez de manufactures pour Se rendre entierement indépendans de l’Europe ; et Sur le changement total qui doit en resulter dans le Systême de vos Finances Je n’ai pu encore terminer ce travail. Je Suis accablé...
M r Jullien , qui Se propose, après avoir rempli la mission dont il est chargé en Italie , de passer aux Etats-Unis , me demande de lui donner d’avance auprès de Vous une Lettre d’introduction. S’il Se fixe en Amérique , comme je le crois, il Sera pour elle une acquisition précieuse. C’est un Penseur qui a beaucoup d’ordre dans les idées, et auquel nous devons deux ouvrages remarquables qu’il...
Votre lettre sur le parti courageux que prennent les Etats-unis d’établir chez eux des Manufactures semblables à celles de l’Europe m’a donné beaucoup à penser. Vous voulez faire en Six ans, et faire bien, ce que toutes les Nations policées ont fait en Six cent ans plus ou moins mal: c’est déjà une grande entreprise. Elle influera sur vos finances de maniere à en changer entierement le...
Vous trouverez ci-joint mon petit Traité Sur les Finances des Etats-Unis , peut-être inutile pour le moment, mais que j’espere qui ne le Sera pas toujours. L’accommodement projetté, à ce qu’il me parait des trois côtés entre Votre République et les Puissances belligerantes de l’Europe , S’il Se réalise, rétablira votre Commerce extérieur et entretiendra le Revenu de vos Douanes. En ce cas,...
Je Sais que mon ouvrage Sur les Finances des Etats-Unis vous est parvenu, et je Suis bien curieux d’apprendre quelle en a été votre opinion? Je le crois encore un peu prématuré, grace au ciel; mais le moment où Ses principes pourront, devront peut-être; être Soumis à la consideration de vos hommes d’Etat S’approche d’année en année. Et il est bon d’y Songer d’avance. Avez vous jugé que cet...
4 July 1811, Paris. Sends two manuscripts that will prove his attachment to the country which has become that of his children and where he hopes to finish his days. One manuscript is a much corrected edition of his work on American finance that was sent to Jefferson last year. The other manuscript is the second, equally corrected, edition of his plan for American national education. Cannot...
voici le dernier Volume des Œuvres de M r Turgot . vous y verrez parce quil écrivait au docteur Price et au Sage Franklin combien il aimait votre Patrie. Je fais passer à Monsieur le Président une copie corrigée de mon Mémoire sur les Finances des Etats-unis dont je vous ai envoyé la minute l’année derniere. Et aussi une copie corrigée de l’ouvrage que vous m’aviez demandé sur l’éducation...
J’envoie en Amérique trois bons Précurseurs, ma Belle Fille Madame de Pusy que vous y avez déja vue; Sa Fille très aimable qui a eu l’honneur de diner chez vous à Washington quand elle êtait encore enfant, et qui ne dément point ce qu’elle promettait alors; et enfin Maurice de Pusy qui n’avait que trois mois la premiere fois qu’il S’est embarqué pour les Etats-Unis , et qui est devenu...
J’ai l’honneur d’envoyer à Votre Excellence des Mémoires Sur la vie d’un Grand Homme, dont je vous ai déja fait passer les Oeuvres , où vous aurez vu combien votre République naissante lui donnait d’esperance et lui inspirait d’attachement. Ces Mémoires complettent l’Edition. Ils vous Seront portés par une branche de ma Famille qui me précede dans mon retour aux Etats-Unis. Elle est composée...
J’ai reçu par M r Barlow , et avec bien de la reconnaissance, votre Lettre du 15 avril . Un Homme comme vous peut être retiré des Places, jamais des affaires. Vous êtes un Magistrat du Genre-humain. Tant mieux Si l’établissement des Manufactures dans votre Pays ne vous oblige pas de changer le Systême de vos Finances aussi promptement que l’on paraissait avoir lieu de le craindre. Mais le cas...
J’ai eu l’honneur de vous adresser ces jours derniers une Lettre assez étendue que M r Barlow veut bien vous envoyer par la Frégate des Etats-Unis La Constitution . J’apprends aujourd’hui que cette même Frégate portera en Amérique M r de Correa de Serra
J’ai reçu votre Lettre avec une extrême Reconnaissance. Le Suffrage d’un Homme d’Etat tel que vous est une grande récompense et un puissant encouragement pour un Philosophe appliqué à l’étude des droits, des devoirs, de l’interêt des Gouvernans et des Gouvernés qui, Sous les bonnes constitutions, Sont toujours inséparables. Lors de mon retour en Amérique, vos lumieres m’aideront à rendre mon...
un livre de la plus haute importance m’a êté prêté par M r Warden ; et je voudrais bien qu’il m’eut êté donné de votre part . Ce Sont les Commentaires Sur Montesquieu . Un autre Américain m’a dit qu’on croyait aux
Je continue avec délices la lecture de votre admirable Ouvrage; et j’y ai trouvé dans le livre onzieme la raison qui vous a empêché d’exprimer au treizieme une conclusion. L’Impôt territorial, ou pour mieux parler, la Constitution domaniale à partage de Revenus , êtant, comme vous me l’avez marqué il y a quelque tems, repoussée par l’opinion de vos Etats du Nord, qui cependant sont sur tous...
Je continue de lire votre livre avec un extrême plaisir; et bien plus lentement néanmoins que je ne le voudrais, parce que la nécessité de pourvoir chaque jour aux secours qui devront être donnés à au moins cent milles hommes femmes et enfans, absorbe mon tems et mes forces. Si j’avais un commentaire à faire sur cet excellent Ouvrage, il ressemblerait beaucoup à celui que Voltaire disait...
5 July 1812. Expresses gratitude for the opportunity to send the enclosed letters to his children with the U.S. minister’s dispatches to JM, since only diplomatic correspondence is sure to reach its destination. Hopes for JM’s continued interest in his sons, who are good and useful men. Intends to join his sons in the U.S. as soon as possible. Tr ( DeGH ). 1 p. In French.
Mr. Doolitle porte je crois à Votre Excellence quelques papiers de votre légation. J’ai bien du regret d’être dans le cas d’y joindre une notice Sur la vie de Mr. Barlow. Cet Homme Si distingué est mort en revenant de Wilna; et c’est une grande perte, car nul n’êtait plus propre à Servir les deux Nations. Je félicite la vôtre Sur votre Re-Election. Vous aimez la Liberté, vous désirez la paix...
Je pleure avec vous l’excellent Barlow . Je vous envoie quelques lignes que j’ai jettées à son sujet sur le papier, avec le secours d’un Allemand très estimable et déjà célebre qui savait mieux que moi les premières circonstances de sa vie Cet Allemand ne veut pas être connu. J’ai rayé les dernieres lettres de son nom. C’est lui qui a fait l’Extrait de la Columbiade. Barlow était comme vous un...
Notice Sur M r Barlow Ministre Plénipotentiaire des Etats-Unis d’Amérique aupres de Sa Majeste L’Empereur & Roi à la cour de France . _________ Les Amis du Genre humain doivent sur les deux Continens pleurer M. Barlow . Il naquit en 1757 à Reading , dans la Province, aujourd’hui
ENQUIRER-OFFICE, October 29, 1813. The following Biographical Notice of our late Minister, Mr. Barlow , was prepared for some of the public papers of Europe , & has been forwarded to a distinguished citizen of this country by one of its authors. TRANSLATED FROM THE FRENCH FOR THE ENQUIRER. Biographical notice of Mr. Barlow , minister plenipotentiary from the United States of America to the...
Aucun naturel Américain n’a pris plus d’interêt et de part à la Ré-Election de Votre Excellence que le demi Américain duPont de Nemours. La durée de votre vertueuse et courageuse Administration me parait extrêmement nécessaire à ma Seconde Patrie. Ce n’est pas dans les circonstances difficiles qu’il convient aux bons Citoyens de changer les Chefs de leur Gouvernement, ni aux Gens de bien qui...
J’ai l’honneur de vous envoyer imprimé l’ouvrage dont je vous ai l’obligation, car c’est vous qui m’y avez fait Songer. Il a Subi plusieurs corrections pour le rendre plus digne de vous et de votre Patrie. Je vous demande en retour, avec les plus vives instances, un exemplaire de votre excellent Commentaire Sur Montesquieu . J’en avais commencé la traduction, et je ne Saurais l’achever par ce...
Je rends mille graces à votre excellence de la continuation de ses bontés pour moi et pour mes enfans. Elles sont l’unique moyen que j’ai pour leur donner de nos nouvelles, recevoir des leurs; et savoir, ce dont je ne doute pas qu’ils ne cessent point de les meriter par leur Zêle et leurs travaux pour votre service et celui de cette seconde Patrie que j’ai eu le bonheur de leur donner. J’ai...
Je profite des bontés de Votre Excellence, en Vous priant de permettre que Monsieur Crawford continue, comme voulait bien le faire Monsieur Barlow, d’insérer mes lettres à mes Enfans dans les Paquets qui vous Sont adressés, ou à Monsieur le Secretaire d’Etat Munroe. Je Suis extrêmement reconnaissant de la bienveillance avec laquelle vous et lui les faites parvenir à ces jeunes gens, qui me...
J’interromps et abandonne une Lettre assez longue que j’avais l’honneur de vous écrire, dont le principal objet êtait de proposer à Votre Excellence quelques vues militaires pour votre Guerre défensive dans la campagne de 1815. Un moyen de faire armure avec le Simple vêtement. Un autre de rendre vos Bataillons d’Infanterie plus redoutables, en vous passant pour le troisième rang des fusils qui...
C’est à la bienveillance dont vous m’avez toujours honoré que je dois d’avoir pu apporter mon corps et le peu que j’ai d’intelligence au Service de ma Seconde Patrie, à l’instant même où ils ont cessé d’être utiles à la premiére. Mr. Crawford m’a chargé d’un paquet pour Mr Munroe, votre digne Secretaire d’Etat, et m’a donné un Passeport, comme à un Porteur de Dépêches de votre Gouvernement. Je...