Benjamin Franklin Papers
Documents filtered by: Author="Dumas, Charles-Guillaume-Frédéric" AND Author="Dumas, Charles-Guillaume-Frédéric" AND Date="1778-12-15"
sorted by: date (ascending)

To Benjamin Franklin from Dumas, 15 December 1778

From Dumas

ALS: American Philosophical Society; AL (draft) and copy: Algemeen Rijksarchief

Lahaie 15 Dec. 1778

Monsieur,

J’ai cru devoir vous communiquer l’extrait ci-dessus,9 comme une suite de ce que je vous ai déjà confié sur cette affaire. Je répondrai une autre fois à Mr. Lee-même: car rien ne presse; & à dire vrai, je suis embarrassé comment lui dire sans offense, qu’il ne connoît pas l’état de cette rep., & que rien de ce qu’il dit ci-dessus n’est à propos ni juste. Si je parlois ainsi à un Hollandois, il me diroit que les avantages du Commerce sont toujours réciproques; sans quoi il ne se feroit jamais, ou il cesseroit bien vite; & que d’exclure la Hollande de celui de l’Amérique, feroit autant de tort à l’une qu’à l’autre.— On ne peut pas dire, que le Corps de la Nation ait fourni un seul Schelling à l’Angleterre. Les fonds Anglois sont, depuis plus d’un siecle, un objet de Commerce & de Jeu pour les particuliers ici comme par-tout ailleurs. Leur prodigieuse baisse prouve le discrédit où ils tombent peu à peu; & leur chûte complete entraîneroit certainement la ruine & la misere d’un prodigieux nombre de familles. Quand il seroit vrai que la Reine Elisabeth a généreusement assisté cette Rép. dans son origine (les Hollandois soutiennent qu’elle n’a jamais consulté que son propre salut & intérêts, & qu’à tous égards elle leur a vendu bien cher des secours, qui n’ont fait que les trahir à la fin) elle étoit maîtresse de le faire. Amsterdam ne l’est point, du moins pour le présent, de faire ce que Mr. L. demande. Nous avons ses voeux pour nous, & ses vigoureux efforts contre un puissant parti, influé & interessé contre nous; efforts progressifs, dont nous avons tout lieu d’attendre les plus heureux succès. Ces voeux & ces efforts ne sont point empty: ôter à notre ennemi des ressources contre nous, c’est bien réellement nous secourir. Tel est le sentiment de G—— F——; & c’est aussi le mien, qui serois bien mortifié s’il étoit mal fondé: car je devrois, en ce cas, me regarder comme placé tout aussi inutilement en ce pays pour le service des E. Unis, que vous l’observez, Monsieur, dans une de vos Lettres, de ceux envoyés avec plus d’éclat, et peut-être à grands fraix, en Allemagne & en Italie.1

Demain les Etats se rassemblent. Je verrai peut-être notre Ami ce soir. De la Résolution qu’ils prendront, s’ensuivront bien des choses. Je suis avec un respectueux dévouement Monsieur, Votre très humble & très obéissant serviteur

Dumas

Je vous supplie, Monsieur, que cette Lettre reste entre nous.
Passy à S.E. Mr. Franklin M. Plenip. des E.U.

Addressed: à Son Excellence / Monsieur le Dr. Franklin, Esqr. / Min. Plénipe. des Etats-Unis / de l’Amérique, à Passy./.

Notation: M. Dumas to B. Franklin 15 Decr. 78.

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]

9Dumas enclosed the following extract of a Nov. 30 Arthur Lee letter concerning van Berckel’s recommendation against a proposed American loan in the Netherlands: “I cannot see the propriety of the persons reasoning. It is saying, If you will, at your own expence, & by yr. own exertions, obtain what we wish, we shall then be glad of sharing in the profit: While we are essentially aiding your enemies with our money, we expect you will be satisfied with a few empty promises; & when you have gain’d [the] prise, we shall be ready to share it with you. Others will probably think that, qui sentiret commodum, sentire debet & onus, [“He who would feel the advantage must also feel the burden”] & that those who will not aid in our efforts, will in vain demand to participate of our prosperity—I would only refer them to their origin, & ask what woud have become of them, if Queen Elizabeth had pursued the same policy, & returned them the same answer in the day of their Struggle? I have not the least doubt of our prevailing without them, & in dispight of the moneyd assistance given to our oppressors by the body of yr. nation. But to save the effusion of human blood, & put an end to so detestable a war, is an object worthy of our utmost endeavour, & would be certainly effected by a different part being acted by Holland from what she has hitherto taken, since the commencement of this dispute, & which If she continues, she will more essentially injure herself than us.” Lee’s letter is a response to Dumas’ of Nov. 24, described in our annotation of Dumas to BF of the same day.

1None of BF’s extant letters to Dumas offers this criticism of William Lee and Ralph Izard.

Index Entries