Benjamin Franklin Papers
Documents filtered by: Date="1778-04-24"
sorted by: date (ascending)

To Benjamin Franklin from ——— d’Islé de Lamothe, 24 April 1778

From ——— d’Islé de Lamothe3

ALS: American Philosophical Society

Brest le 24 avril 1778.

Monsieur

Je viens d’aprendre dans l’instant qu’un de mes freres qui avoiet passé au service des puissences unies d’amerique, avoiet éte pris le 14 novembre dernier en allant joindre l’armee du general wasington, et amené au fort St. augustin; l’interet que vous deves naturellement prendre aux persones que l’amour de la gloire a attiré dans vos contrée, me fait esperer monsieur que vous voudres Bien vous interesser pour luy faire obtenir son echange, le plus promptement possible, affin de le mestre dans le cas de rendre a vostre patrie, les services dont il est capable. J’avois prie un de vos compatriotes Mr. Cormychel, qui a repasse en âmerique sur le lion que nous avons convoyé, de luy faire fournir les secours dont il pouroit avoir Besoin. Il me l’a promis, et j’y compterois si l’eloignement de son exil ne me faisoit craindre qu’il ne put pas le decouvrir. Il porte le noms de chevalier de lalande, qu’il portoiet en france, pour le distinguer de six autres freres. Si la reconnoissence la plus vive, et la plus cincere, peut m’aquiter envers vous des services que vous rendres a mon frere, vous pouves etre sur monsieur que rien n’en surpassera l’etendue. J’ay l’honeur d’etre avec respect Monsieur vostre tres humble et tres obeissent serviteur

DIsle DE LAMOTHE
l[ieutena]nt des vaisseaux du roy.

Endorsed: DelaMothe about his Brother

Notation: Lamotte D’Isle de: 24. avril 1778.

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]

3Also spelled d’Islay de la Mothe. He was a lieutenant on the frigate Junon, killed in action the following September: Georges Lacour-Gayet, La Marine militaire de la France sous le règne de Louis XVI (Paris, 1905), p. 627 n. He sent this letter by way of Sartine, as he explained when he wrote again on June 13 (Hist. Soc. of Pa.) to say that he had had no answer, and to ask for one by John Paul Jones, who was returning from Paris. With this second letter he enclosed a long one of March 13, 1778, from his brother, a member of Brétigney’s party, detailing their hardships in St. Augustine (see above, XXIV, 206 n).

Index Entries