Benjamin Franklin Papers
Documents filtered by: Recipient="Franklin, Benjamin" AND Correspondent="Sartine, Antoine-Raymond-Gualbert-Gabriel de" AND Correspondent="Franklin, Benjamin"
sorted by: date (ascending)

To Benjamin Franklin from Sartine: Two Letters, 13 October 1780

From Sartine: Two Letters6

(I) and (II) Copy: Library of Congress

I.

A Versailles le 13. 8bre. 1780.

Je m’empresse, Monsieur, ainsi que vous me le demandez par la Lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 6. de ce mois de donner ordre à l’Intendant de la Marine à Brest de faire expedier des Passeports pour les Prisonniers Anglois conduits en France par des Corsaires Americains et detenus à St. Omer, Je lui recommande d’exiger d’eux des Certificats qui constatent que la liberté ne leur a été accordée qu’a titre d’Echange.

J’ai l’honneur d’etre avec la Consideration la plus distinguée, Monsieur, Votre très humble et très obeissant Serviteur,

(signé) De Sartine.

M. Franklin.

II.

Paris le 13. 8bre. 1780.

Je n’ai point Connoissance, Monsieur, que les Prisonniers Anglois qui ont été conduits à la Martinique par des Bâtimens Americains et qui doivent repasser en France,7 soient arrivés dans le Royaume, aussitot que je serai instruit de leur arrivée je m’empresserai de donner des ordres pour qu’ils soient renvoyés en Angleterre, et remis au Capitaine d’un Navire Parlementaire Anglois qui en donnera une reconnoissance que j’aurai soin de vous adresser.

J’ai l’honneur d’etre avec la Consideration la plus distinguée, Monsieur, votre tres humble et tres obeissant serviteur,

(signé) De Sartine

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]

6Written on Sartine’s final day as French naval minister, these letters are the last extant correspondence between BF and him. On that day he was handed a letter from the King relieving him of office. Although he was a political ally of Maurepas and Vergennes, they failed to save him. The Spanish court blamed him for the lack of a decisive naval victory. He, moreover, had challenged Necker’s authority over French royal finances. For his six years of ministerial service he was rewarded with a large pension and by being named comte d’Alby: Dull, French Navy, pp. 194–202; Jacques Michel, Du Paris de Louis XV à la marine de Louis XVI: L’œuvre de Monsieur de Sartine (2 vols., Paris, 1983–4), II, 191–9; John Hardman, French Politics, 1774–1789: From the Accession of Louis XVI to the Fall of the Bastille (London and New York, 1995), pp. 55–6.

7For which see BF to Sartine, Oct. 7.

Index Entries