Benjamin Franklin Papers
Documents filtered by: Author="Le Roy, Jean-Baptiste" AND Correspondent="Le Roy, Jean-Baptiste" AND Correspondent="Franklin, Benjamin"
sorted by: recipient

To Benjamin Franklin from Le Roy: Two Letters, [1782?]

From Le Roy: Two Letters

(I) and (II) ALS: American Philosophical Society

I.

ce Lundy [1782?]8

J’ai vu hier Mon Illustre Docteur a Versailles de belles Dames qui s’ont desoleès d’avoir èté Si Long-tems Sans avoir eu lhonneur de vous voir ce sont Made. Dangiviller9 et Made. De Flahaut1 cette jolie personne qui parle si Joliment anglois. Elles ont fait la partie d’aller vous demander du Thé Vendredy prochain à cinq heures du soir Et comme vous avez dans ce moment cy plus d’une chose à faire J’ai lhonneur de vous prévenir de leur projet afin que Si elles avoient mal pris leur tems vous ayez la bonté de me le mander pour que je le leur fasse Savoir. J’espere mon Illustre Docteur qu’on vous aura dit que J’ai été vous voir Vendredy dernier dans la Matinée on me dit que vous etiez allè à Versailles adieu Mon Illustre Docteur vous savez combien Je vous suis bien Véritablement et bien Sincèrement attaché pour la Vie

Le Roy

Addressed: a Monsieur / Monsieur Franklin Ministre / Plenipotentiaire des Etats Unis / de LAmèrique Septentrionale / a Passy / LR maison du Notaire

Notation: Le Roy

II.

ce Vendredy matin [1782?]

Nos Dames viennent dapprendre mon Illustre docteur que vous allez dîner en ville elles craignent en conséquence que cela ne vous dérange de revenir aussi promtement chez vous pour leur donner du Thé avant cinq heures elles me chargent ainsi, sil est vrai, qu’elles n’ayent pas reçu un faux avis, de vous prier de ne pas vous gêner par elles elles attendront un autre jour où elles pourront prendre du Thé chez Vous sans vous déranger. Vous savez mon Illustre Docteur combien Je vous suis passionnément attaché

Le Roy

Addressed: A Monsieur / Monsieur le Docteur Franklin

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]

8After Mme d’Angiviller’s marriage; see the following note.

9Elisabeth-Josèphe de La Borde (1725–1808). In 1781 (the month given variously as August, September, or December) she left her first husband (an arranged marriage) to marry her longtime ami intime, Charles-Claude Flahaut de La Billarderie, comte d’Angiviller (Angivilliers) (XXXV, 529n). With this marriage her salon, already a rendezvous for the physiocrats, became “un bureau d’esprit” for the philosophes, with Diderot and d’Alembert in attendance: DBF under Angiviller, both husband and wife; Jacques Silvestre de Sacy, Le Comte d’Angiviller, dernier directeur général des batiments du roi ([Paris, 1953]), pp. 22–32, 157–63; Mathurin-François-Adolphe de Lescure, ed., Correspondance secrète inédite sur Louis XVI, Marie-Antoinette: la cour et la ville de 1777 à 1792 (2 vols., Paris, 1866), I, 431.

1Adélaïde-Marie-Emile Filleul (1761–1836) married in 1779 Charles-François Flahaut de La Billarderie, comte de Flahaut (1728–1793?), a general and later intendant of the royal gardens. She and the comtesse d’Angiviller were sisters-in-law as well as good friends and neighbors in Paris. She was the mistress of Talleyrand, by whom she had a son in 1785. She became a novelist of some repute, publishing her first book in 1794. In 1802, she married José-Maria de Souza-Botelho (1758–1825), the Portuguese minister to France (1802–1805): DBF under Flahaut de La Billarderie; Sacy, Le Comte d’Angiviller …, pp. 7, 159–60; Catherine M. Bearne, Four Fascinating French Women … (London, 1910), 23–141; Quérard, France littéraire under Souza and Souza-Botelho.

Index Entries