Benjamin Franklin Papers
Documents filtered by: Author="Kéralio, Agathon Guynement, chevalier de" AND Correspondent="Franklin, Benjamin" AND Correspondent="Kéralio, Agathon Guynement, chevalier de"
sorted by: date (descending)

To Benjamin Franklin from the Chevalier de Kéralio, 30 November 1783

From the Chevalier de Kéralio

ALS: American Philosophical Society

Forbach, le 30e. 9bre. 1783.

L’officier qui vous remettra cette Lettre, Mon respectable ami, est Mr. de gourdon6 qui a Servi avec moi à L’école Militaire, et qui ainsi que moi, a pris le parti de quitter cette Maison. Actuellement établi à passy, il desire fort voir de près le grand homme que tout bon françois doit cherir et Admirer, et à ce titre avoir l’honneur de Vous présenter son hommage: j’aime à croire que Vous en serés content: il est facheux pour le bien de la chose qu’il ait abandonné la Carriere qu’il suivoit. Son ton, sa maniere d’être le rendoient très propre à Suivre et à conduire l’éducation de la jeunesse. Il ne veut pas moins à d’autres égards; en un mot c’est un françois comme Vous les aimés.

Depuis notre Départ de paris, j’ai eu quelquefois de vos nouvelles par M. Votre petit-fils et M. Mac Mahon, et toujours elles ont fort intéressé notre digne amie qui vous fait les plus tendres amitiés;7 sa santé se soutient assés bien, malgré les inquiétudes qu’elle a eues à l’occasion de sa fille8 qu’une fievre opiniatre tourmentoit depuis plus d’un an; elle en est heureusement quitte depuis trois semaines et sa convalescence a ramené la joie dans la Colonie. Vous étes bien desiré pour en être le chef; un espoir aussi doux ne peut nous être permis; il faut vous aller retrouver, mais ce ne sera pas pour cet hiver, et peut-être l’année prochaine … éloignons l’idée d’une séparation sans doute éternelle.

Il est bien décidé que d’ici à l’année prochaine, il ne se pasera rien dans le levant.9 Voici à ce sujet ce que l’on mande de Saint-petersbourg— “on regarde toujours la guerre inévitable avec la porte; mais comme on a six mois pour y penser, il faut espérer que les fumées guerrieres se dissiperont d’ici au printemps. D’ailleurs le prince potemkin est à toute extremité; s’il meurt, il y a apparence que l’impératrice ouvrira les yeux et verra que la paix seule peut faire le bonheur de l’empire; personne n’y ignore que son favori est le seul à Souffler le feu de la guerre et en effet il est le seul qui puisse y gagner.” Cette lettre sur laquelle vous pouvés compter prouve que la nation russe est fort éloignée de la guerre: ainsi d’après ce qui s’est passé et ce qui se passe, d’après les négociations entamées, on peut conclure que l’impératrice de Russie gardera la Crimée et les deserts du cuban; que les pauvres Turcs feront quelques sacrifices en faveur de l’empereur, et que la tranquillité de l’Europe ne sera point Troublée.

Recevés, mon Digne ami, les tendres et Respectueux hommages de toute la colonie, le chef à la tête, et vous trouverés à la queue l’homme du monde qui se fera le plus gloire d’être votre fidelle et dévoué Serviteur.1

Le chr. De Keralio

Notation: Le Chr. de Keralio 30 Nov. 1783.

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]

6A captain in the French army: Etat militaire for 1784, p. 456. On Feb. 10, 1784, Gourdon accepted BF’s invitation for the following Thursday on behalf of himself and his wife (APS).

7Kéralio and the duchesse de Deux-Ponts (“notre digne amie”) left Paris around Aug. 8: XL, 439. On Oct. 27, Kéralio thanked WTF for a letter dated Oct. 7 and its enclosure, a copy of the definitive peace treaty (APS). The physician John MacMahon was a close friend of Kéralio’s; the two men invited BF to dine with them on at least one occasion (XXXIV, 487).

8Elisabeth Friederike de Forbach de Deux-Ponts (1766–1790): Adalbert Prinz von Bayern, Der Herzog und die Tänzerin: die merkwürdige Geschichte Christians IV. von Pfalz-Zweibrücken und seiner Familie (Neustadt, 1966), genealogical table facing p. 204.

9In a letter to WTF of Sept. 17 (APS), Kéralio had already predicted that despite their much-publicized mobilizations, Russia, Austria, and the Ottoman Empire were unlikely to go to war over Russia’s annexation of the Crimea. (The brewing conflict had caused concern throughout Europe since 1782: XXXVIII, 98n, 585; XL, 480, 605.) Kéralio enclosed an extract of a letter from Warsaw written by a source he described only as “un homme qui par état est obligé d’en savoir et d’en fournir.” In his letter to WTF of Oct. 27 Kéralio added that due to France’s weakness after the war with Britain, it would be unable to help the Turks regain their lost territories.

1Although this letter and one written to WTF on Jan. 31, 1784 (APS) are the last extant letters from Kéralio, the friendship continued for years. Among BF’s papers at the APS is an undated document in French, in an unknown hand, on which WTF noted “Given me by the Chevr de Keralio.” It details the qualities of Virginian bird grass, which the author wanted to cultivate in France to use as fodder.

Index Entries