You
have
selected

  • Author

    • Le Roy, Jean-Baptiste
  • Recipient

    • Franklin, Benjamin
  • Correspondent

    • Franklin, Benjamin

Period

Dates From

Dates To

Search help
Documents filtered by: Author="Le Roy, Jean-Baptiste" AND Recipient="Franklin, Benjamin" AND Correspondent="Franklin, Benjamin"
Results 1-10 of 79 sorted by editorial placement
  • |<
  • <<
  • <
  • Page 1
  • >
  • >>
  • >|
ALS : American Philosophical Society J’ai oublié Monsieur, dans la lettre que j’ai donnée a M. L’abbe Taglieri, pour vous, de vous demander une grace; c’est de me faire le plaisir de m’envoyer par la première occasion, que vous pourrez trouver, une petite provision de feuilles d’apalachine , dont j’ai mis un echantillon dans ce petit pacquet. C’est pour une de mes parentes, qui, sachant que...
ALS : American Philosophical Society Il y a des Siecles que je n’ai eu de vos nouvelles Monsieur cependant vous savez combien elles m’intéressent. J’attends avec impatience le moment de nos fêtes pour le mariage de M. Le Dauphin parceque jespere bien qu’elles nous ameneront des Anglois et qu’il y en aura quelques uns qui m’apporteront quelques lettres de vous. Vous ne doutez pas du plaisir que...
ALS : American Philosophical Society Je demande Monsieur à tous les Anglois que Je vois de vos nouvelles. Je vis dernierement M. Ingelhausen qui me fit grand plaisir en me disant que vous vous portiez toujours bien ainsi que M. le Chevalier Pringle et je vous assurre que je m’entretins de vous deux avec lui avec une grande joie. Mais dites moi mon cher Docteur Est ce que depuis un an il ne...
ALS : American Philosophical Society J’aurois repondu plutot Monsieur et cher confrère, à la lettre que vous m’avez fait l honneur de m’écrire; si je n’avois voulu vous parler de celle que vous m’avez fait remettre, par LAbbé Morellet, pour M. Le Duc de la Vrillière. J’ai conçu, par là, que vous desiriez que je la remisse en main propre à ce Ministre, et ce n’est que depuis quelques Jours, que...
AL : American Philosophical Society Vous vous plaigniez de moi Monsieur et cher confrere comme je me plaignois de vous. Nos lettres se sont croisées car Jespere bien que vous avez reçu un Exemplaire de mon memoire sur les barres métalliques &c. que je vous ai envoyé dans le mois de mars. Cependant par vos plaintes obligeantes sur mon silence je crains fort que vous n’ayez pas reçu une lettre...
ALS : American Philosophical Society Je me proposois tous ces Jours cy de vous écrire Monsieur et cher confrère pour vous rendre compte d’un mémoire que j’ai lu à notre rentrée publique sur la forme des conducteurs de la Foudre ou des Gardes-Tonnerre mais malgré moi cela ne m’a pas été possible. Cependant Je crois que M. Dubourg vous en aura écrit. Deux choses m’ont déterminé à cette Lecture...
ALS : American Philosophical Society Je n’ai reçu Monsieur et cher confrère votre lettre et le Pacquet que vous avez bien voulu m’envoyer qu’il y a quelque temps et alors J’etois un peu malade de m’être trop echauffé à travailler cet automne. Je me porte beaucoup mieux actuellement et je profite de l’Occasion de M. Wildman pour vous écrire un petit mot. Je ne doute pas que le Parlement mieux...
Copy: Massachusetts Historical Society; copy: National Archives Les occasions de vous assurer de mes sentiments invariables pour vous Monsieur et cher confrere, me sont toujour infiniment pretieuses. Je profite en consequence et avec empressement du depart de M. le chevalier de Preudhomme de Borre pour avoir l’honneur de vous ecrire et pour vous dire combien j’aÿ eté enchanté d’apprendre qu’au...
J’envoy savoir Mon cher Docteur des nouvelles de votre rhume. Hier au soir je voulus vous aller voir je ne pus trouver de voiture à cause du froid. J’espere que M. Deane va mieux. Vous savez combien je vous suis sincèrement attaché pour la vie. J’ai lu hier un mémoire qu’on vous destine mais l’auteur a dans ce moment la goutte cruellement. Les vuës de ce mémoire me paroissent bien bonnes....
AL : American Philosophical Society M. Le Roy pays his best Compliments to Dr. Franklin and begs leave to ask him whether he has M. Burck’s Letter to the Sheriffs of Bristol wherein he maintains by very valuable arguments the Necessity of making Peace with the united Colonies. A Gentleman writes from England to Mde. Du Déffand That if She had read that letter She would no longer be of the...