You
have
selected

  • Author

    • Du Pont de Nemours, Pierre …
  • Recipient

    • Jefferson, Thomas
  • Period

    • Madison Presidency

Dates From

Dates To

Search help
Documents filtered by: Author="Du Pont de Nemours, Pierre Samuel" AND Recipient="Jefferson, Thomas" AND Period="Madison Presidency"
Results 1-23 of 23 sorted by date (descending)
  • |<
  • <<
  • <
  • Page 1
  • >
  • >>
  • >|
Il m’a paru que je ne pouvais faire aucun meilleur usage de votre Lettre relative à M r de Tracy que de lui en envoyer copie. C’est ce que j’ai fait. Quant à la partie de Son ouvrage qui n’êtait pas encore traduite, qui ne l’a pas bien êté par la Personne à qui M r Duane en a remis le travail, et que vous avez ou retraduite ou corrigée, je Suis assez d’avis que vous la donniez à imprimer à M r...
J’ai reçu avec une extrême reconnaissance votre lettre de Poplar-Forest . Ne croyez pas que j’aie la plus legere intention d’appliquer aux Etats-Unis aucune des idées que je devais employer pour la République Française ; et que je crois bonnes à proposer à des Républiques naissantes, qui n’ont encore rien d’arrêté, Sont dans un Etat de matiere premiere , et ont demandé mon avis pour en Sortir....
J’ai l’honneur de vous renvoyer mon petit Evangile à l’usage des Républiques espagnoles , que je vous avais porté il y a quatre mois. J’ai eu dieu merci, et j’aurai encore plusieurs exemplaires à en donner: et je n’ai qu’un Seul Secrétaire. de plus, j’ai un grand défaut : pressé par l’âge et par les circonstances, je m’engage à plusieurs travaux à la fois. Je Sais que ce n’est point une bonne...
vous aurez compris à quel point, malgré les bontés dont Madame votre Fille nous a comblés, j’ai regretté de ne vous avoir pas vu dans votre Palais de Mounticello. Si vous y avez lu le mémoire pour les Républiques Equinoxiales, je vous Serais obligé de me le renvoyer, ou directement Si votre franchise de ports de lettre S’étend à ce pouvoir, ou par l’intermédiaire Soit de Monsieur le Président...
je viens de passer trois jours dans votre Maison , comblé des bontés de Madame Randolph , et du plaisir de voir vos grandes et Belles Petites Filles ainsi que la toute charmante très petite Fille . Corréa dit qu’il faut absolument que je parte, Si je ne veux pas être arrêté par la rigueur de l’Hyver, et forcé de vous importuner de moi pendant trois mois. Il est parti lui même avant-hier. Je...
Nous devions partir demain le bon Corréa et moi pour vous voir à Mounticello . Nous n’avons pu être plus tot prêts l’un et l’autre. Mais comme il fallait passer à Washington , et nous y arrêter un peu, nous avons craint que le moindre accident arrivé en route ne nous retardât, et ne nous fit nous présenter à votre Porte qu’après votre départ que vous nous avez annoncé pour le 6 august, ou Si...
J’avais compté vous porter moi même la nouvelle de mon arrivée en Amérique . Mais vos Journaux Sont des indiscrets, et je Suis resté chez mes Enfans, entouré de mes Petits-Enfans, plus longtems que je ne l’avais projetté. L’Espoir de trouver à Mounticello un Frere en Economie politique, un Maitre en Philosophie, est fortement entré dans le choix de ma retraite, Si c’est une Retraite. Je ne...
J’ai l’honneur de vous envoyer imprimé l’ouvrage dont je vous ai l’obligation, car c’est vous qui m’y avez fait Songer. Il a Subi plusieurs corrections pour le rendre plus digne de vous et de votre Patrie. Je vous demande en retour, avec les plus vives instances, un exemplaire de votre excellent Commentaire Sur Montesquieu . J’en avais commencé la traduction, et je ne Saurais l’achever par ce...
Je pleure avec vous l’excellent Barlow . Je vous envoie quelques lignes que j’ai jettées à son sujet sur le papier, avec le secours d’un Allemand très estimable et déjà célebre qui savait mieux que moi les premières circonstances de sa vie Cet Allemand ne veut pas être connu. J’ai rayé les dernieres lettres de son nom. C’est lui qui a fait l’Extrait de la Columbiade. Barlow était comme vous un...
Je continue de lire votre livre avec un extrême plaisir; et bien plus lentement néanmoins que je ne le voudrais, parce que la nécessité de pourvoir chaque jour aux secours qui devront être donnés à au moins cent milles hommes femmes et enfans, absorbe mon tems et mes forces. Si j’avais un commentaire à faire sur cet excellent Ouvrage, il ressemblerait beaucoup à celui que Voltaire disait...
Je continue avec délices la lecture de votre admirable Ouvrage; et j’y ai trouvé dans le livre onzieme la raison qui vous a empêché d’exprimer au treizieme une conclusion. L’Impôt territorial, ou pour mieux parler, la Constitution domaniale à partage de Revenus , êtant, comme vous me l’avez marqué il y a quelque tems, repoussée par l’opinion de vos Etats du Nord, qui cependant sont sur tous...
un livre de la plus haute importance m’a êté prêté par M r Warden ; et je voudrais bien qu’il m’eut êté donné de votre part . Ce Sont les Commentaires Sur Montesquieu . Un autre Américain m’a dit qu’on croyait aux
J’ai eu l’honneur de vous adresser ces jours derniers une Lettre assez étendue que M r Barlow veut bien vous envoyer par la Frégate des Etats-Unis La Constitution . J’apprends aujourd’hui que cette même Frégate portera en Amérique M r de Correa de Serra
J’ai reçu par M r Barlow , et avec bien de la reconnaissance, votre Lettre du 15 avril . Un Homme comme vous peut être retiré des Places, jamais des affaires. Vous êtes un Magistrat du Genre-humain. Tant mieux Si l’établissement des Manufactures dans votre Pays ne vous oblige pas de changer le Systême de vos Finances aussi promptement que l’on paraissait avoir lieu de le craindre. Mais le cas...
J’envoie en Amérique trois bons Précurseurs, ma Belle Fille Madame de Pusy que vous y avez déja vue; Sa Fille très aimable qui a eu l’honneur de diner chez vous à Washington quand elle êtait encore enfant, et qui ne dément point ce qu’elle promettait alors; et enfin Maurice de Pusy qui n’avait que trois mois la premiere fois qu’il S’est embarqué pour les Etats-Unis , et qui est devenu...
voici le dernier Volume des Œuvres de M r Turgot . vous y verrez parce quil écrivait au docteur Price et au Sage Franklin combien il aimait votre Patrie. Je fais passer à Monsieur le Président une copie corrigée de mon Mémoire sur les Finances des Etats-unis dont je vous ai envoyé la minute l’année derniere. Et aussi une copie corrigée de l’ouvrage que vous m’aviez demandé sur l’éducation...
Je Sais que mon ouvrage Sur les Finances des Etats-Unis vous est parvenu, et je Suis bien curieux d’apprendre quelle en a été votre opinion? Je le crois encore un peu prématuré, grace au ciel; mais le moment où Ses principes pourront, devront peut-être; être Soumis à la consideration de vos hommes d’Etat S’approche d’année en année. Et il est bon d’y Songer d’avance. Avez vous jugé que cet...
Vous trouverez ci-joint mon petit Traité Sur les Finances des Etats-Unis , peut-être inutile pour le moment, mais que j’espere qui ne le Sera pas toujours. L’accommodement projetté, à ce qu’il me parait des trois côtés entre Votre République et les Puissances belligerantes de l’Europe , S’il Se réalise, rétablira votre Commerce extérieur et entretiendra le Revenu de vos Douanes. En ce cas,...
Votre lettre sur le parti courageux que prennent les Etats-unis d’établir chez eux des Manufactures semblables à celles de l’Europe m’a donné beaucoup à penser. Vous voulez faire en Six ans, et faire bien, ce que toutes les Nations policées ont fait en Six cent ans plus ou moins mal: c’est déjà une grande entreprise. Elle influera sur vos finances de maniere à en changer entierement le...
M r Jullien , qui Se propose, après avoir rempli la mission dont il est chargé en Italie , de passer aux Etats-Unis , me demande de lui donner d’avance auprès de Vous une Lettre d’introduction. S’il Se fixe en Amérique , comme je le crois, il Sera pour elle une acquisition précieuse. C’est un Penseur qui a beaucoup d’ordre dans les idées, et auquel nous devons deux ouvrages remarquables qu’il...
J’ai cru vous devoir, et aussi à votre Pays, des Rèflexions et des Observations assez étendues Sur le parti que prennent votre Gouvernement et vos Concitoyens d’élever, S’ils le peuvent, assez de manufactures pour Se rendre entierement indépendans de l’Europe ; et Sur le changement total qui doit en resulter dans le Systême de vos Finances Je n’ai pu encore terminer ce travail. Je Suis accablé...
J’ai reçu vos deux lettres du 16 may et du 28 juin , la premiere longtems après la derniere qui pourtant êtait venue tard. Quant à cette premiere je me suis empressé d’y faire honneur en procurant à M r Paterson l’entrée aux Séances de la premiere classe de l’Institut , en le mettant en rapport avec quelques uns de nos Savans les plus distingués, et en l’engageant à se trouver chez moi en...
J’apprends que M r Coles , dont je croyais le départ retardé pour longtems encore, montera en voiture dans une heure. Je n’ai donc qu’un moment pour vous exprimer toute ma reconnaissance de la Lettre qu’il m’a remise de votre part. Quoique je sois convaincu que M r Madison , votre Ami et votre Elève, gouvernera dans les mêmes Principes que vous, je ne puis m’empêcher de regretter que vous...