You
have
selected

  • Author

    • Adet, Pierre Auguste

Recipient

Sort: Frequency / Alphabetical

Show: Top 4

Period

Dates From

Dates To

Search help
Documents filtered by: Author="Adet, Pierre Auguste"
Results 1-10 of 10 sorted by editorial placement
  • |<
  • <<
  • <
  • Page 1
  • >
  • >>
  • >|
J’aurois desiré pouvoir vous présenter mes hommages Comme ministre de L’a Republique française, j’ose esperer que vous me permettrés de vous Les offrir comme particulier. j’aurois deja sollicité cette Faveur si ma santé ne m’en Eut empechè. je ne puis plus differer de vous la demander, quoique je sois Loin de me bien porter. j’ai des Choses extrêmement importantes à Vous Communiquer. je vous...
I come to acquit myself of a duty very dear to my heart, I come to deposit in your hands and in the midst of a people justly renowned for their courage and their love of liberty, the symbol of the triumphs and of the enfranchisement of my nation. When she broke her chains, when she proclaimed the imprescriptible rights of man, when in a terrible war she sealed with her blood the covenant she...
Vous ne pouvez douter du plaisir que j’eprouve en trouvant L’occasion de vous temoigner De nouveau Les sentiments d’attachement et d’estime que je vous ai voués. Si depuis mon départ des Etats unis je ne vous les ai point exprimés Les Circonstances seules en sont cause. Il fut un temps malheureux chez vous ou une Lettre de moi auroit pu compromettre ceux qui l’auroient reçue, et certes...
J’esperois avoir L’honneur de vous Remettre moi-même La lettre que vous trouverés ci-jointe, et dont le professeur Pictet de genêve m’avoit Chargé avant Son départ de paris. Mais les affaires dont je Suis accablé ne me laissent pas de Relache, et Semblent s’accroitre pour m’enlever le Seul bonheur dont je fusse jaloux, celui d’offrir mes hommages au premier philosophe du nouveau monde. J’ose...
Agrées, mes remerciements pour Les choses obligeantes que renfermoit Le Billet que vous m’aves envoyé Lors de votre départ de cette ville. Si ma Carriere a été Semée, D’espines, Si en Remplissant Les volontés de mon gouvernement j’ai excité contre moi L’esprit de parti, Si je n’ai Rencontré que des desagréments dans un foule de circonstances, j’ai Esperé d’emporter avec moi L’estime des hommes...
Si Les intrigues du Cabinet de st james ont Reussi en amérique, Si Elles ont contribué à faire prendre un gouvernement américain des mesures à la fois hostiles contre La france, et destructives de la liberté aux Etats unis, elles n’ont point été ici couronnées de Succès. Le directoire a vu bien evidemment que L’angleterre Seule avoit interet à diviser deux peuples faits pour être unis, et il a...
Lorsque j’ai appris que les suffrages de vos concitoyens vous avoient appellé à la premiere magistrature des etats unis, j’ai applaudi à leur sagesse, je les ai felicité de leur choix. Certes, le peuple américain ne pouvoit confier à des mains plus habiles que les votres les rênes de l’administration; à un magistrat plus intègre que vous, le soin de faire respecter les loix; à un négociateur...
permettés moi de vous Remercier de La lettre plein d’obligeance et d’amitié que vous avez daigné m’ecrire par M. Monroe. je ne saurois vous exprimer avec quel plaisir je l’ai lu avec quel plaisir je la relis encore, avec quel soin je la conserve. c’est pour moi un Thrésor dont je ne pourrois me séparer. vous devez être convaincu combien je regrette que Les destins n’aient pas reglé ma...
J’ose esperer que vous recevrez avec bonté l’exemplaire que j’ai l’honneur de vous adresser d’un traité elementaire de chimie que j’ai redigé par ordre du gouvernement. je desire bien sincerement que cet ouvrage puisse obtenir Votre Suffrage, et Surtout que l’hommage que je me plais à vous en faire Soit à vos yeux une preuve de l’attachement, et du Respect que je vous ai voué et que conserver...
un homme extremement recommandable sous tous les rapports, qui m’a donné des preuves du plus vif attachement, et pour qui j’ai une amitié bien sincere, le docteur deveze a èté assez heureux pour se rendre utile à Votre pays lors de la terrible épidemie qui ravager philadelphie en 1793. par ses soins assidus, et ses lumieres, il est parvenu a arracher à la mort beaucoup de victimes, et il a...