You
have
selected

  • Author

    • Brillon de Jouy, Anne-Louise …
  • Recipient

    • Franklin, Benjamin

Period

Dates From

Dates To

Search help
Documents filtered by: Author="Brillon de Jouy, Anne-Louise Boivin d’Hardancourt" AND Recipient="Franklin, Benjamin"
Results 1-50 of 93 sorted by recipient
  • |<
  • <<
  • <
  • Page 1
  • >
  • >>
  • >|
(I) AL : American Philosophical Society; (II) AL : American Philosophical Society; (III) AL : American Philosophical Society; (IV) AL (draft) and autograph copy or press copy: American Philosophical Society; (V) ALS : American Philosophical Society; (VI) ALS : American Philosophical Society As is often the case with the Doctor’s much-admired neighbor in Passy, chronology hangs on tenuous...
ALS : American Philosophical Society Madame Brillon fait dire a son aimable papa que le jour est pris pour allér au sallon et déjeunér chés monsieur Vérnet jeudi; mércredi on prendra l’heure et les arrangemens. Madame Brillon prie le bon papa de venir a 6 heures précises prendre le thé mércredi parceque monsieur Wattellét et madame le comte viénnent ce jour la disnér avéc elle. Si le papa...
AL : American Philosophical Society J’envoye sçavoir de vos nouvélles mon bon papa; lès miénnes sont meilleures mais je suis encore loin du but: je comptois vous envoyér mes nottes; des amis ont pris le tems que je vous résérvois en venant causér avéc moi; ils ne m’ont point empêchés de pensér a vous et de vous aimér, nulle puissance n’en viendroit a bout! Mais je n’ai pû vous écrire: adieu...
AL : American Philosophical Society Je vous assure mon bon papa que je méttrai toute mon attention a ne pas trop donnér pour les siffléts; s’ils n’ont guérre couttés a ma bourse, ils ont couttés chérs a mon coeur et votre léttre me prouve bien plus encore que mon éxpérience et mes refléctions, que j’ai souvent payés bien chérs de mauvais sifléts: j’ai cru par éxemple que lorsque j’aimois on...
AL : American Philosophical Society Je suis dans un beau pays, je suis avéc un bonne maman qui m’aime tendrement, que j’aime de mesme; on me feste, on me soigne, on me chérit, on me gaste; éh bien mon bon papa mon Coeur n’est pas Content, il pense que demain ce sera mércredi, et qu’ensuitte arriverons succéssivement deux samedi et un autre mércredi qu’il faudra passer sans vous voir, point de...
AL American Philosophical Society Je ne suis point anguille comme le pretend monsieur votre fils mon aimable papa, et j’avois bien le projét decidé d’aller vous voir ce matin, mais mes enfans sont partis plus tard que je ne comptois, ma fille cadétte et moi avons eté plus sottes que je ne croyois, nous étions attristées, préocupées, et tout uniment nous reméttrons a dimanche le plaisir d’aller...
(I) AL : American Philosophical Society; (II) AL and copy: American Philosophical Society Once again Madame Brillon’s failure to date her letters compels us to offer a hypothetical cluster. The following exchange, along with her letters published under December 15 and 20, form a group linked by its common theme: a fantasy of paradise to come. The only solid clue to a date is her allusion here...
AL : American Philosophical Society J’ignore les usages d’un autre monde mon cher papa; mais je sçais que dans notre civile europe, on ne se rend léttres et portraits que lorsque l’on veut rompre ensemble: un homme de votre connoissance, un homme que vous ne pouvés vous empêcher d’aimér; hier au soir á jetté par térre et foulée aux piéds une léttre d’une fémme; un jeune homme la ramassée et...
ALS : American Philosophical Society This letter, which we publish as the first of the many exchanged between Mme. Brillon and Franklin, is the place to discuss the correspondence as a whole. It is important as the record of one of the two deep emotional involvements of Franklin’s old age, and the one that opened contact for him with the artistic world of Paris. It is massive: one hundred and...
AL : American Philosophical Society Il y auroit bien quelques petites choses a redire a votre logique que vous assurés si bonne mon chér papa— Quand j’étois jeune homme distes vous, et que je jouissois plus des faveurs du séxe qu’a présent, je n’avois point de goutte: Donc , on pourroit répondre a cela—quand je me suis jetté par la fenéstre je ne me suis pas cassé la jambe: Donc; vous pouriés...
AL : American Philosophical Society La dame a mille choses à répondre au monsieur, mais elle craint malgré la bonté de sa cause, qu’il ne garde sa prévention contre elle, leur oppinion étant absolument contraire; le monsieur, (grand phillosophe) suit la doctrine d’Anacréon et celle d’épicure; la dame est platoniciénne: l’un veut un amour gras, pottellé, un amour de chair et d’os; gasté choyé...
AL : American Philosophical Society Je vais répondre a votre lettre mon bon papa avéc franchise et amitié: il auroit été doux à mon coeur et trés agréable a monsieur Brillon de pouvoir formér une liaison qui ne fit de nous qu’une mesme famille, nous aimons monsieur votre fils et nous croyons qu’il à tout ce qu’il faut pour faire un sujét distingué et rendre une femme heureuse; mais il ne peut...
AL : American Philosophical Society Monsieur gosséc qui vous reméttra cétte léttre, mon cher papa et auqu’el je prends beaucoup d’intérest a déja eu l’honneur de vous voir, ou monsieur votre fils l’année derniére il vient de négotier des papiers que vous avés trouvés bons, et compte repasser incéssament en amérique ou il a été déja employé, il voudroit avant son départ avoir l’honneur de vous...
AL : American Philosophical Society Je reçois a l’instant une lettre du grand voisin qui me paroist inquiét et qui me dit que vous l’éstes aussi mon bon papa; rassurés vous mes bons amis mon état est en verité meilleur que je n’osois l’éspérér, le régime que lorry me fait suivre, et le beau soleil qu’il m’a conseillé d’allér chercher me réussissent par merveille; mon ame toujours tendre,...
AL : American Philosophical Society Vous ne serés pas étonné mon bon papa de l’humeur qui me tourmente lorsque je ne reçois pas de vos nouvélles: je suis malade depuis 69 jours, et l’amitié les preuves de l’amitié ont seules le pouvoir d’adoucir mes meaux; je vous aime, il est naturél que je désire d’éstre aimée de vous; tout ce qui augmente et confirme ce sentiment de vous a moi m’est chér,...
AL : American Philosophical Society Voici mon bon papa, une folie de votre fille faitte pour vous, pour vous tout seul; il n’y á qu’a mr votre fils que je puisse vous pérméttre de la montrér: je désire que mon conte vous amuse, cela me payera du soin que j’ai pris de l’écrire en gros caractéres; adieu le meilleur des papas de ce monde possible; souvenés vous toujours que je serois bien fâchée...
ALS : American Philosophical Society Mércredi vous prendrés encore le thé sans moi, samedi vous le prendrés avéc moi; si cétte idée vous cause seulement la centiéme partie du plaisir qu’elle me fait, vous devés estre bien content mon chér papa; il est un point dit on, ou l’amitié ne peut plus augmentér, je le crois, et crois en mesme temp que la miénne en est la pour vous; cependant chaques...
AL : American Philosophical Society J’esperois mon bon papa recevoir de vos nouvélles ici; lorsque mon mari reçut son pacquét de léttres le coeur me battit et je dis óh surement mon ami m’aura écrit un petit mot; mon éspérançe a été déçuë; j’ai pourtant écrit a tous mes amis de passy; a vous mon chér papa de villeneuve le roy, au grand voisin de villeneuve le roy et de dijon, et ce grand...
AL : American Philosophical Society Adieu mon bon papa, en Vérité il m’en coutte presqu’autant d’aller á paris que d’aller a Nice; pourtant je viendrai vous voir, le coeur me dit que vous pourrés venir aussi; pourqu’oi donc estre si beste? C’est que j’aime beaucoup le bon papa et que quand on aime Si fort, on est toujours un peu beste au moment de se quittés: Mille tendrésses de tous les...
(I), (II), (III), (IV), (V) AL : American Philosophical Society Mon bon papa, j’éspére que vous viendrés prendre le thé cétte aprés disné; je ne sçaurois vous dire a qu’el point je m’énnuye de ne vous point voir, c’est aussi vrai qu’il est vrai que pérsonne dans les quatre parties du monde ne vous aime autant que moi: L’envie extrésme que j’ai toujours de passér quelques moments avéc vous mon...
AL : American Philosophical Society Si je le voulois bien mon bon papa j’aurois le droit d’éstre un peu fâché contre vous; me voici sans reproches a ma troisieme épistre, et de vous pas un souvenir, pas le moindre petit mot. … Mon ésprit est de mauvaise humeur en vérité; pour mon coeur il vous aime tant qu’il vous éxcuse encore; il dit, ce papa si bon aura eu des affaires—peut éstre un peu de...
AL : American Philosophical Society Si votre françois n’est pas trés pur, il est au moins trés clair! je vous donne ma parolle d’honneur de devenir votre fémme en paradis, a la condition pourtant que vous ne lorgnerés pas trop les viérges en m’attendant; je veux un mari constant, quand je le prendrai pour l’étérnité; entendés vous mon papa: je ferai part a maman ce soir de vos bonnes...
AL : American Philosophical Society J’ai reçu a mon arrivée ici mon bon papa votre léttre du 1er octobre, elle m’a fait un sensible plaisir, j’y ai retrouvé des marques de votre amitié, et une teinte de cétte gayeté et de cétte galanterie qui fais que toutes les fémmes vous aiment parceque vous les aimés toutes; votre proposition de me portér sur vos aisles si vous étiés l’ange gabriél m’a...
AL : American Philosophical Society J’ai été dans un état violent, et je suis excéssivement foible; quand vous voudrés me venir voir un moment, je vous recevrés avéc grand plaisir, mais de longtems je ne pourrai vous allér chérchér:/: Mon ami ma machine est foible, le sort m’a déstiné a souffrir, je souscris a cét arrést, n’y pouvant rien changér; je n’ai rien a me reprochér je fais de...
ALS : American Philosophical Society Comment estes vous mon bon papa? Jamais il ne m’en a tant coutté de m’éloigner de vous, chaques soirs il me semble que vous seriés bien aise de me voir, et chaques soirs je pense a vous; lundi 21 j’irai vous retrouver, j’espere qu’alors vous serés bien Sur vos jambes et que le thé du mercredi samedi, et celui du dimanche matin reprendront tout leur lustre....
AL : American Philosophical Society Mon áme est plus calme mon chér papa, depuis qu’elle s’est déchargée dans la vôtre; depuis qu’elle ne craint plus que mile j + + ne se retire chéz vous, et n’y fasse votre tourment et celui de votre chér fils: plus je refléchie a sa démarche à ce sujét et a la proposition que vous a fait mr de C++, moins je conçois qu’un homme de son age, qui est peu venu...
AL : American Philosophical Society Vous n’estes point venu hier mon bon papa étiés vous incomodé? aviés vous affaire? ne m’aimiéz vous pas tant qu’a l’ordinaire? Je me suis téllement accoutumée a vous voir deux fois la semaine, que les jours ou vous ne venés pas me semblent rayés de mon éxistance, de cette éxistance qui ne m’est chére que par les douceurs de l’amitié; ce soir si vous n’aviés...
ALS : American Philosophical Society Il me paroit mon chér pénitent que je me suis chargé trop [?] légérement d’une besogne un peu difficile: vous m’offrés des douttes à résoudre comme casuiste—si je sçavois la théologie, je m’en tirerois peut estre! Je citterois des choses qui ne s’entendoient pas, et auxquélles je ne comprendrois rien moi mesme: je parlerois du ciel, de l’enfér, des...
ALS : American Philosophical Society J’ai été bien malade mon chér papa, et je suis encore bien souffrante et bien foible, j’ai ce qu’on appélle, maladie de nérfs: mal dont on ne peut s’empeschér de voir les efféts, et dont je crois qu’on ignore encore les causes puisqu’il n’y a aucuns remédes connus, et qu’on en est a l’éssai pour les palliatifs: on dit que ce mal provient d’une grande...
AL : American Philosophical Society Quoi, pas un mot mon aimable papa! Auriés vous oublié votre fille? Vous aurés trouvés en votre chemin de jolies dames qui vous auront distrait sans doutte? Rappellés vous donc cette amitié, cette confiance, ce sentiment si doux et si vrai que votre fille a pour vous, et voyés si depuis douse jours qu’elle vous a quitté son coeur doit estre content du vostre;...
AL : American Philosophical Society Madame brillon fait dire a son chér papa, qu’il lui sera impossible d’allér mardi disnér chés madame du tartre, sa petite est trop malade pour espérer qu’elle soit tout a fait bien mardi. Monsieur Brillon a encore la goutte; si le papa veut, madame Brillon ecrira a madame dutartre pour reméttre cétte partie au mardi 5 may; ou au mércredi 6 may; madame...
AL : American Philosophical Society Je vous renvoye mon chér papa une copie bien propre d’un brouillon que je vous redemande; je ne vous aurois pas cru capable de manquer a votre parolle, vous aviés promis a Brillon de lui rendre la folie qu’un moment de liberté de teste, m’a inspirée pour mon amusement et pour votre distraction; vous deviés vous contentér de la relire; primo, vous en avés...
LS : American Philosophical Society Permettez, qu’une famille qui vous fut chere, se rappelle à votre souvenir dans ce premier jour de L’année, et reclame, Monseigneur , des bontés de votre Grandeur , une portion d’amitié que vous voulutes bien lui accorder; Cette famille que vous oubliez si complettement; Monseigneur , n’a rien fait qui la mette dans le cas d’etre traitée si rigoureusement de...
AL : American Philosophical Society Réparation authentique mon chér papa, je ne vous appellerés plus n’y monseigneur n’y mesme monsieur; mon placét a réussi avant de vous estre parvenu, nos larmes sont éssuyées, vous nous aimés, vous nous le distes, vous vous portés bien et vous estes aussi coquin que par le passé, puisque vous projéttés de me voller a Brillon et de me menér faire un tour en...
L : American Philosophical Society Plaidoyer POUR Madame Brillon de Jouy francaise native de Paris, demeurant ordinairement à Passy de present à Nice Contre Monsieur Benjamin Franklin americain né à Boston ci devant académicien, phisicien, Logicien & & &ca aujourdhui Ambassadeur en france des Provinces unies de L’amerique resident à Passy. C’est avec regret que Le Sanctuaire de la Justice...
AL : American Philosophical Society Vous avéz bien raison mon bon papa, nous ne devons faire consistér le véritable bonheur que dans la paix de l’áme; il n’est pas en notre pouvoir de changér le caractére des gents avéc lesquels nous vivons n’y d’empeschér le cours des contrarietés qui nous entourent; c’est un sage qui parle et qui tasche de consollér sa fille trop sensible en lui enseignant...
AL : American Philosophical Society J’envoye sçavoir de vos nouvélles mon bon papa, et vous demandér si vous viendrés ce soir prendre le thé je n’appuyerés pas sur le plaisir que vous nous ferés de peur de gesnér votre volonté; mais je vous observerés que vous trouverés un grand fauteuil, un tabourét pour reposér vos piéds; qu’il faudra venir avéc vos souliérs de goutte, que nous n’aurons...
AL : American Philosophical Society Votre Evesque étoit un vilain—votre mendiant un assés drole de coup—vous éstes un logicien d’autant plus habil que vous rendéz avéc grace, et donnéz présque l’envie de cedér a de mauvaises raisons, appuyées sur un faux principe. Estce au docteur Franklin? Ce philosophe célébre, ce profond politique; qu’une fémme parle avéc tant d’irrévérence—oui C’est que ce...
AL : American Philosophical Society Il m’est impossible mon bon papa d’allér ce matin déjeunér avéc vous; je suis toujours foible, souffrante et de plus fort affligée du désastre de la maison Bouffé vous sçavés combien ces dames sont mes amies! Faittes moi l’amitié mon chér papa de témoignér a mdes de Boullainvilliér et de Tonnére combien je suis chagrine de pérdre l’occasion de me trouvér...
AL : American Philosophical Society Je paye éxactement mes déttes mon bon papa. Vous avés dû recevoir une léttre mecredi en voici une pour samedi; je ne suis pas de ceux qui disent, il faut se méttre a l’aise avéc ses amis. Si l’on ne leur tient pas ce qu’on leur a promis dans de petites choses, ils doivent éstre sur que nous ne négligerions pas les grandes—un grand sérvice est chose rare, et...
AL : American Philosophical Society Mon chér papa, monsieur l’abbé de st. non m’a chargé de vous envoyer sa gravure, il prétend qu’elle aura un mérite de plus, offérte des mains de l’amitié; je lui sçais gré de cétte refléction, et de l’occasion qu’il me donne de vous assurér de l’attachement le plus tendre et le plus sincére. St.-Non’s engraving relates this note to hers below of, we are...
AL : American Philosophical Society Mon papa, on dit si haut que nous sommes les amis des amériquains, que je commence a croire que cela est aussi vrai qu’il est sure que pérsonne au monde ne vous aime plus que moi. Voila douze gravures de l’abbé de st. non, qu’il me charge de vous envoyér pour les donnér a vos amis en amérique, ou a quelques uns de vos amis de paris. Je suis faché de n’éstre...
ALS : American Philosophical Society Comme je venois de vous écrire mon chér papa pour le thé de mércredi, comme je pensois bien fort a vous, comme je disois, óh surement si ce bon papa le peut, il reviendra nous voir; je reçois une léttre du voisin qui m’annonce que vous viendrés tous le samedi 26, que le jour est pris, que vous viendrés disnér, et ne retournerés que le lundi 28 aprés disnér;...
AL : American Philosophical Society D’aprés l’attachement que l’on me connoist pour vous mon aimable papa on me tourmente sans césse pour vous demandér des léttres de recomandations pour l’amérique; la crainte de vous importunér me fait refusér asses constament ces sortes de commissions, je n’ai cependant pûë ne pas me chargér de vous en demandér une pour un homme qui appartient et intérésse...
AL : American Philosophical Society Voila mon chér papa votre lettre avéc les corréctions que vous m’avés demandés; je ne puis m’empecher de rire quand je vois un grand homme se soumettre humblement a l’ignorance d’une fémme pour apprendre une langue qu’elle ne sçait qu’imparfaitement; le zéle me soutiendra, que ne sacrifieroisje pas a l’envie de vous éstre utile! Je corrigerai tant que vous...
AL : American Philosophical Society Je vous ai promis de vous écrire un mot, et malheureusement il faut que je tienne ma parolle au piéd de la lettre; j’aime a prométtre peu, et a tenir davantage surtout quand je cause avéc vous mon chér papa; il me semble que lorsqu’on S’aime beaucoup, l’espoir n’a rien a faire et que le coeur seul conduit la plume, hors vous sçavés qu’un coeur est toujours...
AL : American Philosophical Society Mon premier soin avant de rentrer chés moi a été d’aller demander a Mr le curé si les porteurs de Mr Terrasson étoient des doméstiques a lui et si cela le gésneroit [de] vous les préster, le curé m’a dit que les porteurs étoient deux ouvriérs du village qui appartenoient a tous ceux qui les payoient; j’en ai fait venir un qui vous reméttra cette léttre et...
(I) and (II) AL : American Philosophical Society Mille graces au bon papa, qui veut bien songer a sa fille: je n’ai plus de fiévre, et suis mieux au total mais je dors mal encore, je n’ai guérre d’appetit, je souffre, et me sens peu de force; je vais partir pour paris ou j’irai voir mon médecin qui est mon ami, il ne me fait jamais prendre de drogues, et trouve quélquefois un régime doux qui...
(I) AL : American Philosophical Society; (II) ALS : American Philosophical Society; (III) and (IV) AL : American Philosophial Philosophical Society We are grouping together four letters from Madame Brillon, three of them unsigned and none completely dated, which appear to be interrelated and to precede her letter of November 30, below. Fragile as it is, we offer here a chronological...
AL : American Philosophical Society Je voulois vous écrire avant hiér mon bon papa; mr votre fils vint me voir et je le chargai de vous dire que je vous attendois hiér; hiér vos affaires vous ont empêchés de venir; aujourd’hui mon coeur Souffriroit trop s’il se refusoit au besoin de vous dire qu’il vous aime: aimér, le dire, avoir besoin d’éstre aimé, est d’une aussi grande nécéssité a l’éstre...