You
have
selected

  • Author

    • Brillon de Jouy, Anne-Louise …
  • Recipient

    • Franklin, Benjamin
  • Period

    • Confederation Period

Dates From

Dates To

Search help
Documents filtered by: Author="Brillon de Jouy, Anne-Louise Boivin d’Hardancourt" AND Recipient="Franklin, Benjamin" AND Period="Confederation Period"
Results 1-6 of 6 sorted by date (ascending)
  • |<
  • <<
  • <
  • Page 1
  • >
  • >>
  • >|
(I) and (II) AL : American Philosophical Society Mon aimable papa, il fait si beau que cela me donne l’ésperance de vous débaucher ce soir pour prendre le thé a la maison, venés de bonne heure pour avoir le tems de vous reposér et de retourner doucement avant la nuit; Mr votre fils et Benjamin seront assés aimables pour vous accompagner: Addressed: A Monsieur / Monsieur Franklin / [ In another...
AL : American Philosophical Society Adieu mon bon papa, en Vérité il m’en coutte presqu’autant d’aller á paris que d’aller a Nice; pourtant je viendrai vous voir, le coeur me dit que vous pourrés venir aussi; pourqu’oi donc estre si beste? C’est que j’aime beaucoup le bon papa et que quand on aime Si fort, on est toujours un peu beste au moment de se quittés: Mille tendrésses de tous les...
AL : American Philosophical Society Je vous ai promis mon bon papa de vous écrire lors de mon depart de passy et jusqu’ici je ne l’ai pas encore fait, parceque monsieur votre fils m’a donné quelquefois de vos nouvélles, d’autres fois j’en ai envoyé sçavoir, d’autres fois encore j’ai éspéré que le temp deviendroit moins dur et que je pourrois vous allér voir; je crains a la longue que vous ne...
AL : American Philosophical Society Monsieur gosséc qui vous reméttra cétte léttre, mon cher papa et auqu’el je prends beaucoup d’intérest a déja eu l’honneur de vous voir, ou monsieur votre fils l’année derniére il vient de négotier des papiers que vous avés trouvés bons, et compte repasser incéssament en amérique ou il a été déja employé, il voudroit avant son départ avoir l’honneur de vous...
AL : American Philosophical Society Je vous dois mil remercimens mon bon papa de votre joli billét et de votre lettre aux auteurs du journal de paris, mais je vous en devrés deux mil, si vous y joignés l’avis a Ceux qui veulent passer en amérique, j’éspérois aller vous le demander aujourd’hui et m’etablir pour six ou sept mois a passy mais mon pauvre mari a la goutte aux deux jambes, et la...
AL American Philosophical Society Je ne suis point anguille comme le pretend monsieur votre fils mon aimable papa, et j’avois bien le projét decidé d’aller vous voir ce matin, mais mes enfans sont partis plus tard que je ne comptois, ma fille cadétte et moi avons eté plus sottes que je ne croyois, nous étions attristées, préocupées, et tout uniment nous reméttrons a dimanche le plaisir d’aller...