Benjamin Franklin Papers
Documents filtered by: Author="Barbeu-Dubourg, Jacques" AND Period="Colonial"
sorted by: date (ascending)

To Benjamin Franklin from Jacques Barbeu-Dubourg, [September 1772?]: fragment

From Jacques Barbeu-Dubourg

ALS (incomplete): American Philosophical Society

[September, 1772?7]

[Beginning lost.] Je ne vous dirai rien de Mademoiselle Biheron qui a l’honneur de vous ecrire elle même, et qui aime autant a peu pres que moi a s’entretenir de vous. Mais je vous proteste que ma femme est si eprise de la même passion pour vous que nos Pretres, et nos Moines perdent tous les jours de leur credit sur son esprit, cecy soit pourtant dit entre nous sous le secret. Il est certain que si sa santé etoit plus ferme, elle se laisseroit volontiers mener a Londres pour vous embrasser encore une fois, aussi bien que Mr. Pringle qu’elle honore aussi tres particulierement. Pour moi je redoute le printems prochain plus que l’on n’a jamais redouté la saison des frimats; et de tems en tems je me berce de la douce esperance qu’un plus long sejour de votre part a Londres pourra etre necessaire à vos Compatriotes et qu’ils vous y retiendront, et que vous repasserez encore une fois le pas de Calais. Dieu le veuille, et me fournir l’occasion de vous temoigner efficacement combien je vous suis parfaitement et inviolablement attaché, Monsieur et cher Ami Votre tres humble et tres obeissant serviteur

Dubourg

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]

7This fragment can be dated only by guesswork. The one gossamer clue is that Mlle. Biheron is about to write BF. (Dubourg’s sadness at the prospect that BF will return home next spring is no clue, because that prospect was perennial in the latter years of BF’s mission.) Only three letters from la Biheron survive, and none refers to Dubourg’s communicating with BF. We are arbitrarily selecting the earliest one (above, Sept. 10), according to our practice, and are assuming that Dubourg wrote shortly before or after that date.

Index Entries