Benjamin Franklin Papers
Documents filtered by: Author="Dumas, Charles-Guillaume-Frédéric"
sorted by: author

To Benjamin Franklin from Dumas, 13 March 1780

From Dumas

ALS: American Philosophical Society; AL (draft): Algemeen Rijksarchief

La Haie 13e. Mars 1780

Monsieur,

Le certificat dont il est question dans ma Lettre ci-jointe à Mr. le gd. Pre. d’Hollde. est celui dont je vous envoyai copie en son temps de la part de Mr. Jones. Ainsi il est superflu d’en joindre ici une autre.4

Hier il arriva un Exprès d’Angleterre, avec la nouvelle que les cargaisons des navires Hollandois chargés de chanvre & goudron & autres provisions navales de cette espece, escortés par le Contre Amiral de Byland, & saisis par les Anglois sous Fielding,5 ont été déclarés de bonne prise, & confisqués par conséquent en Angleterre & qu’on délibere encore Si [torn: les vai]sseaux mêmes ne seront pas aussi confisqués.6 Voilà donc à la fois la piraterie & l’insulte complete.

D’un autre côté, Mr. Swart Résident de la Rep. à Petersbourg vient d’écrire à L.H.P. une Dépêche, qui fut lue hier à l’Assemblée & trouvée si intéressante, qu’on l’a faite Commissoriale, pour délibérer sur le contenu, qui apprend à L.H.P., que la Cour de Petersbourg voit avec indignation les excès que les Anglois commettent sur mer, ceux en particulier qu’ils se sont permis dernierement contre une flotte Hollandoise en violant manifestement le Droit des gens, & les mensonges qu’ils débitent partout, comme si la Russie étoit portée pour eux; tandis que le contraire est vrai, & que Sa Maj. Russe non seulement désapprouve hautement leur conduite, mais est disposée & inclinée de plus à entrer avec tous les neutres dans les mesures les plus propres à rendre les mers plus sures, & la navigation commune à tous plus respectée.7

Je tiens tout cela de notre Ami: ainsi, Monsieur vous pouvez compter dessus.

Ceci, & l’entretien du St. avec le Pce. de Gallitzin Envoyé de Russie, & le Courier dépêché à Petersbourg en conséquence, nous promet quelque changement de scene important; mais, dit notre Ami, 873. OEUP ZQMBEXCGTNU,8 fait ici tout ce qu’il peut (& il peut beaucoup) pour soutenir ici les Anglomanes; sans lui qui retient le St——, & lui fait faire triste figure, on auroit déjà pris des mesures vigoureuses.

Je suis avec tout l’attachement respectueux que vous connoissez, Monsieur Votre très humble & très-obéissant serviteur

Dumas

Paris à Son Exce. Mr. Franklin,

Mr. Carmichael m’a écrit le 25 Janvr. dernier de Cadix, avoir remis un paquet pour moi à Mr. Gerard. Je ne l’ai pas encore reçu. Si Mr. Gerard est à Paris, voudriez-vous bien avoir la bonté, Monsieur, de lui faire demander les papiers qu’il peut avoir pour moi?

Addressed: à Son Excellence / Monsieur B. Franklin Esqr. / Min. Plenipe. des Etats-Unis / &c. / Passy./.

Notation: Dumas, la haie March 13. 80

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]

4On March 11 Dumas sent Grand Pensionary van Bleiswijk a copy of Jones’s Nov. 15, 1779, certificate concerning the pilot John Jackson; he here enclosed one of his covering letters. (He also sent Jones a copy: Bradford, Jones Papers, reel 5, no. 1012.) Dumas had already sent BF a copy of the certificate itself: XXXI, 253. For the accusation that he was answering see his April 11 letter to BF, below.

5For the seizure of the Dutch ships on Dec. 31, 1779, see XXXI, 369n.

6The British Admiralty decided on March 4 and 6 to confiscate some of the ships but not others depending on the cargo they had carried: Edler, Dutch Republic, pp. 131–2; Gaz. de Leyde, March 14, 1780 (no. XXI), sup.

7Johan Isaac de Swart served in St. Petersburg in 1764–65 and from 1773 to 1794: Repertorium der diplomatischen Vertreter, III, 268; Isabel de Madariaga, Britain, Russia, and the Armed Neutrality of 1780: Sir James Harris’s Mission to St. Petersburg during the American Revolution (New Haven, 1962), pp. 192–3n. On Feb. 15 he wrote the secretary of the States General of the Netherlands (“Leurs Hautes Puissances”) that the British seizure of Bylandt’s convoy had caused great astonishment and was generally regarded as entirely derogatory both to the treaty obligations and the right of nations: Fauchille, Diplomatie française, pp. 319–20. Soon thereafter Empress Catherine II invited the Dutch and others to help her protect neutral shipping rights; see our annotation of Dumas’ letter of March 2.

8“The Duke of Brunswick.” Louis, Duke of Brunswick-Wolfenbüttel (1718–1788), an advocate of good relations with Britain, was one of the stadholder’s chief advisors: NNBW, X, 155–7; Schulte Nordholt, Dutch Republic, p. 15.

Index Entries